Cérémonie patriotique - Page 4

  • Trudonnaires accueillis par les Rémersdaelois: il y 100 ans

    Plaque Saint-Trond img008.jpg

    Cette plaque rappelle que 166 jeunes gens de Saint-Trond, membres de la garde civique de cette ville, que les troupes teutonnes conduisaient prisonnière en Allemagne, reçurent une cordiale et généreuse hospitalité des populations de Remersdael et Teuven du 11 au 13 août 1914. M. Cartuyvels, bourgmestre de Saint-Trond à cette époque, faisait partie de ce groupe.

     

    Pour témoigner sa reconnaissance, la Ville de Saint-Trond, emmenée par son bourgmestre Cartuyvels qui avait survécu aux événements, envoya, le 3 août 1919, une importante délégation remettre à l’administration communale de Rémersdael un diplôme d’honneur portant 126 signatures et inaugurer le mémorial qu’elle avait fait placer à la façade du bâtiment d’école, servant aussi alors de maison communale.

    À l’initiative du « Heemkundige Kring Groot Sint-Truiden » et à  l’occasion du 80ème anniversaire de la fin de la guerre 14-18, la plaque commémorative a été réinaugurée, le 13 août 1998, après avoir été restaurée, en présence de mandataires communaux (Bourgmestre Ludwig Vanhove et échevin des festivités de Saint-Trond, José Smeets, bourgmestre, Nico Droeven, échevin), de membres des associations patriotiques, d’une délégation de ± 60 Trudonnaires et des Harmonies réunies de Teuven et Rémersdael. Cette manifestation a été suivie par une réception à la Salle Rimbiévaux.

     

    Oubliant que ce sont les Rémersdaelois qui les ont accueillis en 1914, les Trudonnaires ont choisi depuis quelques années de rendre visite uniquement à leurs amis de la maison communale de Fouron-le-Comte.

    Lire la suite

  • Hommage au Caporal Geury


    Le caporal cycliste Jean Geury de Herstal a été tué à sa mitraillette le matin du 10 mai 1940 près de la ferme de Middelhof à Rémersdael. Dans la région, on cite Fonck comme première victime de la guerre 14-18 à Thimister. De la même manière, on peut considérer que Geury est une des premières victimes de la guerre 40-45.

    L'administration communale de Rémersdael lui a fait ériger un monument en 1947. Un comité, présidé par M. Emile Pelsser (1894-1984), avait été mis en place pour organiser l'inauguration qui eut lieu le 11 mai 1947.

    Depuis quelques années, l'Association des Anciens Combattants et Anciens Militaires de Rémersdael, animée par Victor Taeter et François Heuts, invite les porte-drapeaux des associations voisines pour un hommage au Caporal Geury. La cérémonie a eu lieu hier, exactement 74 ans après la mort du Caporal Geury, en présence de quelques anciens de cette unité cycliste.

  • Cérémonie en l'honneur du Caporal Geury

    Geury.jpg

    Victor Taeter, président de l'Association des Anciens Combattants et Anciens Militaires de Rémersdael, annonce que la cérémonie annuelle en l'honneur du Caporal Geury, mort pour la Belgique le 10 mai 1940, aura lieu le samedi 10 mai 2014 à 14 heures devant le monument que la commune de Rémersdael a érigé en son honneur en face de la ferme de Middelhof à Rémersdael.

  • Relais sacré à Teuven

    Relais_Sacré_2013-11-10-10.14.28.jpg

    La F.N.C. de Visé était bien présente ce dimanche matin devant l'église de Teuven pour la cérémonie du Relais Sacré, ainsi que l'échevin José Smeets et les conseillers communaux Jean Levaux et Benoît Houbiers.

    Relais_Sacré_2013-11-10-10.16.11-2.jpg

    Les harmonies réunies de Teuven et Rémersdael, sous la direction de Michaël Henen, étaient évidemment également présentes, pour interpréter la Brabançonne.

    Le Relais Sacré est passé ce dimanche par tous les villages fouronnais, tantôt avec la F.N.C. de Visé, tantôt avec celle d'Aubel, tantôt avec les harmonies réunies de Teuven et Rémersdael, tantôt avec la Royale Harmonie Saint-Martin.

  • Huub Broers et le Relais sacré (suite)

    Vous avez pu lire le commentaire de Huub Broers à la suite de mon billet d'hier concernant le Relais sacré organisé par la F.N.C. de Mouland à Teuven, Fouron-le-Comte et Mouland. Il n'y avoue pas qu'il a écrit à Monsieur Bourdouxhe. Rafraichissons lui donc la mémoire en vous montrant cette lettre:

    lettre_Broers.jpg

    J'ai demandé à un fin connaisseur de commenter la phrase dans laquelle le bourgmestre des Fourons (il signe en cette qualité) dit que la F.N.C. de Visé aurait légalement dû lui écrire en néerlandais.  

    Broers.jpg

    Voici ce qu'Armel Wynants en pense:

    C'est, une fois de plus, du grand n'importe quoi. Comme d'habitude Broers suce les dispositions de loi de son pouce quand et comme il estime en avoir besoin pour pouvoir jouer son rôle d'intolérance sans frontières.


    1. Selon lui, toutes les "overheden" (autorités, pouvoirs/services publics) devraient utiliser le NL pour communiquer avec la commune de Fourons. Depuis quand la section de Visé de la FNC est-elle une "overheid", un service public? Comme simple association privée, la FNC n'est évidemment en rien soumise aux lois linguistiques. Elle fait ce qu'elle veut, elle aurait pu s'adresser à Broers en chinois ou en patagonais si elle le souhaitait.

    2. Si même c'était un "service" au sens des LLC (lois linguistiques coordonnées), ce serait un service local situé dans une commune unilingue de la région de langue française, sans lien de subordination avec la commune de Fourons. Ce service pourrait parfaitement utiliser sa propre langue vis-à-vis d'un service situé dans une autre région linguistique. En principe, elle serait même obligée d'utiliser le français, puisque aucun de ses agents n'est censé avoir les connaissances suffisantes pour pouvoir utiliser une quelconque autre langue. La seule lattitude qui existe pour les services locaux, c'est le véritable principe de "courtoisie linguistique": alors que, dans leur totalité,les LLC n'énumèrent que des non-droits (interdictions et obligations), un seul article accorde un droit et utilse le verbe "pouvoir". C'est celui exprimant le principe de courtoisie linguistique, qui accorde à un service local la POSSIBILITE de s'adresser dans sa propre langue à un correspondant habitant une commune située dans une autre région linguistique. 

    En résumé: dans l'hypothèse où la FNC serait un service au sens des LLC (quod non), elle serait autorisée à utiliser le néerlandais, mais elle n'était en aucun cas été obligée de le faire.