Dalhem - Page 6

  • Le village de Dalhem n’est plus en travaux !

    Bonne nouvelle pour les Dalhemois et la mobilité de manière générale en Basse-Meuse. Depuis vendredi, les travaux d’égouttage dans le centre du village de Dalhem, c’est de l’histoire ancienne ! Débuté en 2017, ce vaste chantier a été divisé en différentes phases dont la dernière est donc enfin terminée. « L’objectif de ce chantier était multiple », confie Michel Voncken, l’échevin des Travaux dalhemois. « Il y a évidemment eu d’importants travaux d’égouttage. De fait, une nouvelle station d’épuration a été construite à Dalhem. Le but était donc de poser une nouvelle conduite d’eau et de relier les tuyaux à cette dernière. Mais ce n’est pas tout. En effet, nous en avons profité pour réaliser une nouvelle voirie ainsi que de nouveaux trottoirs ».

    UN CHANTIER VOIE DU THIER

    Sur le plan visuel, le résultat est très réussi : la différence est marquante avec certaines routes en moins bon état. « Nous souhaitons obtenir un résultat positif de manière globale », reprend celui qui fait partie de l’équipe Maïeur. « Raison pour laquelle nous aimerions poursuivre le travail en direction de Saint-Remy. Le hic, c’est que ce chantier ne figure pas dans le plan d’infrastructures en Wallonie allant de 2019 à 2024. À moins d’une modification de ce dernier dans les prochains mois, nous allons ainsi encore devoir patienter ».

    Vous l’aurez compris, le centre de Dalhem n’est plus en travaux. Mais d’autres chantiers pourraient être lancés dans la commune. « Je peux d’ailleurs déjà vous dire que la Voie du Thier sera le théâtre d’un chantier. Ce dernier verra le jour après les vacances scolaires ». La Voie du Thier servait de déviation durant les travaux dans le centre de Dalhem. Il était donc inconcevable d’y prévoir un chantier ces dernières semaines. « Mais une chambre d’eau va devoir y être positionnée », conclut Michel Voncken. 

    YANNICK GOEBBELS

  • Incendie d’un entrepôt à Warsage: un pompier hospitalisé

    Un violent incendie s’est déclaré ce vendredi vers 15h à Warsage, sur le territoire de la commune de Dalhem.

    C’est la zone de secours Vesdre Hoëgne et Plateau qui est intervenue avec deux autopompes, trois citernes, une auto-échelle et un véhicule officier.

    Le feu a pris pour une raison encore inconnue dans un hangar, situé rue Albert Dekkers, où étaient stockées plusieurs voitures. A l’arrivée des services de secours, l’entrepôt était totalement embrasé.

    « Je me suis rendu sur place. Les fumées étaient visibles depuis la grand route de Battice », précise le bourgmestre de Dalhem, Arnaud Dewez.

    L’incendie a été maîtrisé vers 17h. Les dégâts matériels sont importants puisque, outre le hangar où s’est déclaré le sinistre, un garage et trois des quatre maisons mitoyennes ont été touchés.

    « Tout l’intérieur de la maison voisine du hangar a été détruit et la maison suivante est également inhabitable. Les habitants ont été relogés dans leur famille », ajoute Arnaud Dewez.

    Un pompier a été emmené en ambulance après avoir été victime d’un coup de chaud mais sans trop de gravité. 

    MARC GÉRARDY dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 23 mai 2020 (autres photos ici)

  • Obligation d’éteindre les robots-tondeuses pour sauver les hérissons

    L’échevin veut modifier le règlement de police.

    Ayant été interpellé par plusieurs citoyens, l’échevin du bien-être animal, Léon Gijsens, a la ferme intention de faireCapture d’écran 2020-05-15 à 07.53.35.png passer au conseil communal une modification du règlement général de police. Le Dalhemois veut y intégrer l’obligation d’éteindre son robot-tondeuse durant la nuit afin de protéger les hérissons.

    Avec le retour des beaux jours, les hérissons clôturent leur hibernation. Dès la nuit tombée, ils partent à la chasse pour se nourrir. Mais leur quête ne se déroule pas toujours comme prévu. En effet, ces dernières semaines, les centres Creaves wallons (les centres de revalidation des espèces animales vivant à l’état sauvage) constatent, avec un certain désarroi, un afflux important de ces petits mammifères qui souffrent de très vilaines blessures. Leurs agresseurs ? Les robots-tondeuses que certains laissent tourner durant toute la nuit ! Les propriétaires de ces machines ont en effet tendance à les laisser fonctionner 24 heures sur 24. Ce qui n’est donc pas sans danger pour la faune nocturne...

    Le hic, c’est que ces petits insectivores sont particulièrement appréciés des jardiniers. De fait, ils jouent un rôle crucial dans la biodiversité et aident à préserver l'équilibre des espaces verts. « Les hérissons sont d’excellents chasseurs de limaces, de sauterelles, de criquets, d'escargots, de hannetons, de mille-pattes ou encore de charançons. Ils sont même capables de s'attaquer aux vipères. Avec eux, plus besoin de produits chimiques pour protéger son parterre ou même son potager », nous affirme-t-on du côté de Natagora, une association sans but lucratif qui se consacre à la protection de la nature notamment en Wallonie.

     

    Lire la suite

  • Mathieu London: « Je débute ma revalidation »

    Le président du FC Warsage a pu quitter l’hôpital

    Diagnostiqué positif au Covid-19 le lundi 16 mars dernier, Mathieu London vit des moments éprouvants. Mais le plus dur est à présent derrière lui. En effet, le président du FC Warsage et vice-président de la FGTB Liège-Huy-Waremme a quitté l’hôpital. Témoignage à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 11 avril 2020.

    PROPOS RECUEILLIS PAR YANNICK GOEBBELS

  • Degueldre (Warsage) reprend les U19 de Visé

    Pour sa dernière année à Warsage, Didier Degueldre n’aura donc pu (ré)offrir la montée en P1 aux Greens suite Capture d’écran 2020-03-30 à 08.05.02.pngnotamment à cette période unique en son genre. Le coach va pouvoir désormais se tourner vers un nouveau chapitre : les U19 de Visé, qu’il a déjà entraînés auparavant.

    « Pour le moment, je n’ai plus du tout envie d’entraîner des adultes », confie-t-il. « Il y a beaucoup de choses à gérer en tant qu’entraîneur à l’heure actuelle, sans oublier les contraintes financières qui commençaient à me peser. Là, j’éprouvais vraiment le besoin de souffler. »

    D'un article de JOACHIM GILLES à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 30 mars 2020.