Dans les environs - Page 2

  • Les croisières en bateau sur la Meuse reprennent

    Visé disposera d’une antenne touristique sur la place Reine Astrid durant ces deux mois d’été et proposera à nouveau des croisières-promenades en bateau sur la Meuse au départ de l’île Robinson.Capture d’écran 2020-06-30 à 08.01.45.png

    Vu le beau succès de la saison touristique 2019 à Visé et vu le beau succès de l’installation d’un chalet sur la place Reine Astrid, la Maison du Tourisme du Pays de Herve a décidé de renouveler l’expérience cette année.

    « Départs des croisières sur l’île Robinson à Visé dès ce mercredi 1er juillet à 11h30, 13h30 et 14h30 pour une durée de 40 minutes ainsi que tous les dimanches. Des croisières accessibles aux PMR et limitées à 50 places. P.A.F. : 7 € pour les adultes, 5 € pour les enfants. Un enfant de moins de six ans gratuit pour un adulte payant. Il est conseillé de réserver au 04/ 374.85.55 ou sur le site internet www.paysdeherve.be Cette opération est menée de concert entre l’échevinat du Tourisme de la Ville de Visé et la Maison du Tourisme du Pays de Herve avec le soutien de la Fédération du Tourisme de la Province de Liège et en étroite collaboration avec Liège-Croisières », conclut Anne Zinnen.

    Les réservations pour les croisières ont bien débuté sur les sites internet et pourront s’effectuer sur la place Reine Astrid dès ce mercredi sous le chapiteau. 

    D'un article de MARC GÉRARDY dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 30 juin 2020

  • « Au Bistronome » ouvre jeudi prochain à Aubin-Neufchâteau

    Le restaurant « La Chaume » a fermé ses portes

    Nathalie et Pascal sont dans les startingblocks. Jeudi prochain, ils ouvrent un nouveau chapitre de leur vie. Ces deux Mortrousiens avaient remarqué que le restaurant « La Chaume » était à vendre et ils ont franchi le pas, conscients que leur projet familial et intergénérationnel, basé notamment sur le partage, tient la route.

    Un article de YANNICK GOEBBELS à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 27 juin 2020

  • Une nouvelle place Reine Astrid verdurisée

    Les travaux, évalués à 4,3 millions €, vont rendre un nouveau souffle à la Ville et au commerce de Visé.

    Après dix ans d’attente, le projet définitif de la place Reine Astrid à Visé a été adopté au conseil communal. Exit les Capture d’écran 2020-06-26 à 10.49.48.pngvoitures et place à un bel espace.

    La nouvelle place de Visé, on en parle depuis dix ans. Elle est revenue au devant de la scène au conseil communal.

    « Le dossier a été lancé en 2010 avec un concours d’architecture remporté par le bureau liégeois d’architecture BGHP. Un dossier qui a beaucoup évolué par rapport au plan initial car un accent très fort a été mis sur la convivialité et la verdurisation », précise Xavier Malmendier, échevin de l’Aménagement du Territoire.

    « Les nouveaux plans ont été présentés la semaine dernière en Commission avec les ingénieurs, les architectes et le chef des Travaux et les discussions ont été constructives », se félicite Xavier Malmendier.

    Il y aura une zone de plantations d’arbres sur un quart de la place du côté gauche (côté Lehaen) avec du mobilier urbain de différentes tailles dont un grand banc sur lequel on pourra se coucher.

    De l’autre côté (côté Poste), il y aura, en dénivelé, une zone de détente avec des gradins en bois fixés dans la pierre et une fontaine d’eau sous un immense auvent en métal avec des miroirs (comme à Marseille) pour refléter les eaux de la fontaine. « Toutes les bordures de la place seront enlevées pour obtenir une place plate qui sera réalisée avec des pierres bleues (pas des chinoises mais des locales et irlandaises) de différentes tailles et de différents revêtements pour créer un dessin de vague. Aux entrées de la place, il y aura un plateau surélevé avenue du Pont et avenue Albert 1er. Il y aura un éclairage LED spécifique et évolutif sur la place (rythme lié aux événements, couleurs différentes, en fonction d’une présence humaine ou non, ...). On va installer plusieurs schuffles, des pylônes d’éclairage intelligents dans lesquels on intègre des caméras, de la musique, du wifi...) », détaille Xavier Malmendier.

    Capture d’écran 2020-06-26 à 10.48.31.png

    Lire la suite

  • Autoroute E25 à Visé : fin du chantier ce 26 juin

    Le chantier de réhabilitation de l’autoroute E25/A25 entre Cheratte et Visé en direction de Maastricht (sur environ 7 km) sera totalement terminé ce vendredi 26 juin en fin de journée.

    Les voies vers Liège seront à nouveau accessibles selon des conditions habituelles de circulation dès ce vendredi matin. Les voies vers Maastricht seront quant à elles libérées vendredi soir.

    La première phase de ce chantier, qui consistait à réaliser le fraisage de la couche d’usure du revêtement, avait été effectuée en novembre dernier.

    Les travaux avaient repris au printemps avec une circulation réduite à une voie dans chaque sens.

    Ces travaux, financés par la SOFICO, représentent un budget d’environ 3.540.000€ HTVA. Ils ont été réalisés en collaboration avec le SPW Mobilité et Infrastructures, partenaires de la SOFICO.

  • Cinq éoliennes pourraient être installées entre Warsage et Fourons : un impact visuel important

    eux projets éoliens au dispositif assez similaire et dans une zone identique entrent en concurrence à Dalhem. Une enquête citoyenne permet à la population d’émettre son avis alors que les premières critiques liées à l’impact visuel émanent d’une commune voisine, à savoir Fourons.

    D

    Depuis lundi, les Dalhemois peuvent se rendre à l’administration communale afin de consulter le projet d’EngieElectrabel. Cette société anonyme souhaite installer cinq éoliennes à l’est de Berneau et au nord de Warsage, le long de la ligne de chemin de fer et de la frontière communale avec Fourons, de part et d’autre de la rue de la gare.

    « Engie-Electrabel a en effet déposé une demande de permis de bâtir à la Région Wallonne. Son projet consiste à installer cinq éoliennes à Dalhem. Après une réunion d’information publique l’année dernière, suivie d’une étude d’incidences afin d’analyser les nuisances éventuelles (impacts sur la faune, la flore, le côté visuel…), place à l’enquête publique qui prend fin le 28 août », confirme Fabian Vaessen, un échevin dalhemois ayant notamment l’énergie dans ses attributions.

    De toute manière, c’est la Région Wallonne qui octroie ce type de permis. Certes, elle peut évidemment suivre l’avis des communes ». D’après les premiers échos, les Dalhemois ne seraient, à l’heure actuelle, pas contre un projet éolien. C’est davantage du côté de Fourons que les critiques sont les plus vives. Globalement, c’est le côté visuel qui pose problème. Il faut dire que l’impact n’est pas négligeable…

    D'un article de YANNICK GOEBBELS à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 25 janvier 2020.