Emploi - Page 4

  • Fourons dans la zone 10-15 % du chômage ... en Wallonie

    chomage.jpg

    Sur cette carte de Wallonie, que vous trouverez dans les journaux "La Meuse" de ce vendredi 31 janvier, les Fourons sont classés dans la zone "10-15 %", comme beaucoup d'autres communes rurales.

  • OCURA ?

    20071227_002,-37652,-Couvent.jpg

    Depuis 2 ans, la maison de repos de Fouron-le-Comte a changé de nom, elle est devenue "v.z.w. Woonzorgcentrum OCURA".

    En fait, l'exploitation de la maison de repos des Ursulines de Fouron-le-Comte a été fusionnée avec "Rust- en Verzorgingstehuis Sint-Anna" de Hasselt, association créée en 1990. Le nouvel ensemble a pris le nom OCURA et se trouve dans la constellation des mutualités chrétiennes de Hasselt.

    OCURA a des implantations à Beringen, Herk-de-Stad, Montenaken et Fouron-le-Comte, avec 350 résidents et 350 collaborateurs sur les 4 sites.

    L'implantation de Fouron-le-Comte compte 63 lits (38 lits en Maison de Repos et de Soins, 22 lits en Maison de repos ordinaire et 3 lits pour courts séjours). Il y a donc 63 résidents dont s'occupent 62 membres du personnel.

    La moyenne d'âge des résidents est de 83 ans, tandis que les âges des collaborateurs s'échelonnent entre 24 et 62 ans.

    En fait, plus aucune religieuse de ne vit à la maison de repos de Fouron-le-Comte.


  • Encore à l’aéroport après 2014 ? Pas sûr

    L’ANALYSE par Gaspard Grosjean,  JOURNALISTE POLITIQUE 

    José Happart ne possède aujourd’hui plus aucun mandat électif. Il ne figurait en effet plus sur la liste PS aux dernières communales à Liège, et n’a donc pas rempilé. Désormais, sa mission est de poursuivre le développement économique de Liège Airport, dont il est président depuis 1998.

    Son mandat dépendant directement du Gouvernement wallon, c’est en 2014 que la présidence de Bierset reviendra sur le devant de la scène. L’intéressé a d’ores et déjà déclaré à de multiples reprises, notamment dans nos colonnes, vouloir poursuivre sa mission. Chiffres (3.200 emplois directs à l’aéroport, deux fois plus d’indirects estimés) et carnet d’adresses à l’appui, l’ancien ministre et président du Parlement wallon, entre autres, ne se voit donc pas raccrocher. Seulement voilà, la présidence de Liège Airport est un poste aussi prestigieux que nécessaire. Et donc, convoité. Pour rempiler, il faudra bénéficier de solides appuis auprès des instances décisionnelles, y compris auprès de sa propre formation, le Parti socialiste.

    Mais le hérisson fouronnais n’a pas sa langue en poche. Il ne l’a d’ailleurs jamais eue. Si cela a fait sa force, notamment en terme de suffrages récoltés, cela pourrait aussi lui jouer des tours. Car la ligne politique actuelle du PS n’est pas vraiment la sienne, et il ne manque pas de la critiquer. Pas sûr que cela plaise à tout le monde.  

    ("La Meuse" du 24 juin 2013).

  • Offre d'emploi pour un cuisinier

    Dans une petite annonce publiée ce vendredi dans "La Meuse Basse-Meuse", un restaurant gastronomique de Fouron-le-Comte annonce qu'il cherche un chef cuisinier expérimenté dans de bons restaurants. Il sera libre le dimanche et on lui offrira de bonnes conditions.

  • Le "décret de septembre" contraire au droit de l'Union européenne

    Le décret flamand du 19 juillet 1973 réglant l’emploi des langues dans les relations sociales, qui prévoit notamment que tous les contrats de travail au sein d’entreprises ayant leur siège d’exploitation en Flandre doivent être rédigés en néerlandais, porte atteinte à la liberté de circulation des travailleurs, a jugé mardi la Cour de justice européenne (CJE). Tout part d’un Néerlandais licencié à Anvers qui espérait de plantureuses indemnités en faisant valoir que son contrat était rédigé en anglais alors qu’il avait été signé en Flandre. Il espérait que ce contrat serait dès lors réputé nul, comme le veut le décret. Pas de bol, le tribunal du travail a interrogé la Cour européenne. 

    Ce décret s'appliquait aux relations sociales, mais il était le fil conducteur d'un tas d'autres interprétations. Le château de cartes institutionnel va-t-il s'écraser?