Faits divers - Page 2

  • Liège: 2 ans de prison requis contre l’ex-diable rouge Dewalque, locataire de José Happart

    À 74 ans, Nico Dewalque, l’ex-gloire du Standard et des Diables rouges dans les années ‘60 et ‘70, comparaissait, une nouvelle fois, devant le tribunal correctionnel.

    « Si Monsieur Dewalque est une ancienne gloire du football, il faudrait compléter sa page Wikipédia avec ses nombreuses condamnations qui ont débuté dans les années ‘90 », lançait Jean-Michel Demarche, de l’Auditorat du travail de Liège. « Faux et usage de faux, abus de confiance, détournement, faux en écriture, escroquerie, faillite frauduleuse, Monsieur Dewalque s’est engagé dans une reconversion sur le chemin de la délinquance. »

    Le ministère public lui reproche, notamment, d’avoir mis à disposition, entre 2010 et 2016 et via des sociétés bulgares et slovènes, de la main-d’œuvre illégale pour des grandes sociétés belges, comme Galère ou Yvan Pâque, qui travaillaient sur d’importants chantiers. Le plus emblématique était, sans conteste, celui du site de l’OTAN à Evere. Des ouvriers illégaux avaient été retrouvés au domicile de Nico Dewalque, qui louait à l’époque un appartement à José Happart en Feronstrée, mais aussi dans un entrepôt de la Basse-Meuse et à Cointe.

    L’Auditorat soupçonne Dewalque d’avoir établi de faux contrats, d’avoir éludé les cotisations sociales, d’avoir aussi mis à disposition des ouvriers pour le compte de sociétés et d’ainsi avoir joué le rôle des agences intérimaires, d’avoir utilisé de la main-d’œuvre étrangère, hors union européenne, sans permis de travail et d’ainsi ne pas l’avoir déclarée à l’ONSS.

    Enfin, d’un point de vue fiscal, Dewalque n’a jamais déclaré ses revenus à l’administration.

    « Monsieur Dewalque, via des sociétés bulgare et slovène, mettait à disposition des travailleurs au bénéfice de grands entrepreneurs et il créait, autour de cela, un verni de légalité », poursuit Jean-Michel Demarche. « Il expliquait avoir été consultant puis commercial pour ces sociétés avant d’évoquer des contrats de sous-traitants. »

    Dumping social

    Pour l’Auditorat, il ne fait aucun doute, qu’on est dans la mise à disposition de personnel avec des commandes de 4, 7 ou 10 hommes pour les chantiers X, Y ou Z. « Pour l’opinion publique, le dumping social passe mal. Il fausse les marchés et des intervenants s’enrichissent au passage. Nico Dewalque était à la manœuvre sur tous les fronts : il logeait les ouvriers, il les gérait et il les payait. Le siège social de sa société bulgare se trouvait à Grâce-Hollogne, chez sa fille, et non pas à Sofia qui n’est qu’une simple boîte aux lettres. Ce sont des dossiers difficiles car il faut gratter le vernis de la légalité pour démonter les rouages. Tout était bien ficelé, bien organisé. »

    Après avoir passé en revue les nombreux antécédents judiciaires de Nico Dewalque, l’Auditorat réclamait 18 mois de prison pour les infractions sociales et de droit commun. Il demandait 6 mois de prison supplémentaires pour les infractions fiscales et il joignait également un réquisitoire de confiscation pour une valeur de 261.573 € qui correspond aux revenus non déclarés.

    Le jugement sera rendu le 13 mars prochain.

    ARNAUD BISSCHOP (site de LA MEUSE)

  • Le 20 janvier, Jonathan perdait la vie sur la E25. Il laisse une épouse et une petite fille de 4 ans

    Ce lundi 20 janvier, à 16h30, Jonathan Leenders (40 ans) regagnait son domicile de Visé lorsque, pour une raison qui reste à déterminer par l’expert automobile mandaté par le parquet, il a été impliqué dans une violente collision avec trois autres véhicules, dont deux ont été plus sérieusement endommagés. L’accident s’est produit sur la E25, à hauteur de Cheratte, dans le sens Liège-Maastricht. Le choc n’a laissé aucune chance au motard, dont le deux-roues a été retrouvé plusieurs centaines de mètres plus loin.

    Les différents intervenants évoquaient d’ailleurs un impact d’une rare violence. Jonathan a perdu la vie sur le coup. Le conducteur d’une des autres autos a également été grièvement blessé, et transporté à l’hôpital dans un état jugé inquiétant au moment de sa prise en charge.

    Le décès du Visétois a suscité une vive émotion dans la Cité de l’Oie, mais aussi sur les réseaux sociaux. Jonathan était particulièrement apprécié.

    UN COMPTE OUVERT

    Un compte tiers a donc été ouvert. « Avec l’accord de Nathalie, évidemment », précise encore Olivier. « L’argent sera entièrement reversé à Nathalie. Il devrait servir aux funérailles, mais on espère que cela ira au-delà. En temps normal, la vie n’était pas toujours simple pour eux financièrement, et je ne sais pas s’ils avaient contracté des assurances vie ou ce genre de choses. Quoi qu’il en soit, ici, Nathalie va devoir tout assumer, toute seule. Cette histoire est choquante, ça parle à tout le monde… »

    Si vous souhaitez aider Nathalie et la petite Marie, libre à vous de faire un don sur le numéro de compte suivant : BE31 1325 5244 5555

    Ce compte sera liquidé entièrement une fois clôturé, et les fonds seront intégralement reversés à Nathalie.

    D'un article d'ALLISON MAZZOCCATO dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 31 janvier 2020.

  • « Je suis Grec et je sortais d’un café tenu par une compatriote »

    Dans la nuit de vendredi à samedi, Athana Nikas (58 ans) a été agressé place Reine Astrid, à Visé. L’auteur lui a porté plusieurs coups et l’a percuté avec un véhicule volé avant de prendre la fuite. Il a finalement été interpellé, à Marche-en-Famenne.

    D'un article d'ALLISON MAZZOCCATO AVEC MAXIME DEBRA à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 29 janvier 2020.

  • Jonathan, la victime du crash de Cheratte, était marié

    Le quadragénaire visétois est décédé sur le coup.

    Lundi, en fin d’après-midi, un motard a perdu la vie sur la E25, à hauteur de Cheratte. Il s’agit de Jonathan Leenders, un homme de 40 ans, qui habitait à Visé avec son épouse.

    D'un article d'ALLISON MAZZOCCATO à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 22 janvier 2020.

  • Un Visétois de 40 ans perd la vie dans un crash à Cheratte

    Lundi, à 16h30, un violent crash est survenu sur la E25, dans le sens Liège-Maastricht, en direction de Visé, à hauteur de Cheratte.Capture d’écran 2020-01-21 à 07.56.11.png

    Peu après la bretelle d’accès de Cheratte, et pour une raison qui reste à déterminer par l’enquête, une moto et trois véhicules sont entrés en collision.

    Le parquet de Liège a mandaté un expert automobile pour déterminer les circonstances exactes de ce dramatique accident, qui a coûté la vie à un motard, dont le deux-roues a été retrouvé plusieurs centaines de mètres plus loin. Lundi soir, son identité n’a pas été communiquée par les autorités judiciaires, mais on sait qu’il s’agit d’un Visétois, né en1979.

    Selon les intervenants, le choc a été d’une violence inouïe.

    Le conducteur d’une des voitures impliquées a, par ailleurs, été grièvement blessé lors de l’impact. Il a été transporté vers un hôpital de la région liégeoise.

    La police des autoroutes et les pompiers de Liège sont intervenus. Le SPW s’est chargé du balisage nécessaire.

    L’accident a entraîné de gros embarras de circulation sur l’axe autoroutier.

    DE GROS EMBARRAS DE CIRCULATION

    La E25 a été momentanément fermée à la circulation, et une déviation été mise en place via la sortie « Cheratte Bis ». Mais nombreux sont les automobilistes restés coincés, parfois plus d’une heure, dans les bouchons. Dans l’autre sens de circulation, des ralentissements de curiosité sont également apparus. 

    A.MA dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 21 janvier 2020