Football - Page 2

  • Olivier Meyers prolonge à Aubel pour 2020-2021 !

    Aubel a officialisé les prolongations d’Olivier Meyers et François Smits. Ils s’ajoutent à Binot, Boulton, Campo, Charef, Kerff, Lahaye, Roex, Spits, Van Hoof, Willem qui avaient rempilé le week-end dernier. Voila donc treize jours pour le duo d’entraîneurs Tony Niro - Sébastien Duthoo qui avait aussi rempilé pour la saison prochaine.

  • Liège: 2 ans de prison requis contre l’ex-diable rouge Dewalque, locataire de José Happart

    À 74 ans, Nico Dewalque, l’ex-gloire du Standard et des Diables rouges dans les années ‘60 et ‘70, comparaissait, une nouvelle fois, devant le tribunal correctionnel.

    « Si Monsieur Dewalque est une ancienne gloire du football, il faudrait compléter sa page Wikipédia avec ses nombreuses condamnations qui ont débuté dans les années ‘90 », lançait Jean-Michel Demarche, de l’Auditorat du travail de Liège. « Faux et usage de faux, abus de confiance, détournement, faux en écriture, escroquerie, faillite frauduleuse, Monsieur Dewalque s’est engagé dans une reconversion sur le chemin de la délinquance. »

    Le ministère public lui reproche, notamment, d’avoir mis à disposition, entre 2010 et 2016 et via des sociétés bulgares et slovènes, de la main-d’œuvre illégale pour des grandes sociétés belges, comme Galère ou Yvan Pâque, qui travaillaient sur d’importants chantiers. Le plus emblématique était, sans conteste, celui du site de l’OTAN à Evere. Des ouvriers illégaux avaient été retrouvés au domicile de Nico Dewalque, qui louait à l’époque un appartement à José Happart en Feronstrée, mais aussi dans un entrepôt de la Basse-Meuse et à Cointe.

    L’Auditorat soupçonne Dewalque d’avoir établi de faux contrats, d’avoir éludé les cotisations sociales, d’avoir aussi mis à disposition des ouvriers pour le compte de sociétés et d’ainsi avoir joué le rôle des agences intérimaires, d’avoir utilisé de la main-d’œuvre étrangère, hors union européenne, sans permis de travail et d’ainsi ne pas l’avoir déclarée à l’ONSS.

    Enfin, d’un point de vue fiscal, Dewalque n’a jamais déclaré ses revenus à l’administration.

    « Monsieur Dewalque, via des sociétés bulgare et slovène, mettait à disposition des travailleurs au bénéfice de grands entrepreneurs et il créait, autour de cela, un verni de légalité », poursuit Jean-Michel Demarche. « Il expliquait avoir été consultant puis commercial pour ces sociétés avant d’évoquer des contrats de sous-traitants. »

    Dumping social

    Pour l’Auditorat, il ne fait aucun doute, qu’on est dans la mise à disposition de personnel avec des commandes de 4, 7 ou 10 hommes pour les chantiers X, Y ou Z. « Pour l’opinion publique, le dumping social passe mal. Il fausse les marchés et des intervenants s’enrichissent au passage. Nico Dewalque était à la manœuvre sur tous les fronts : il logeait les ouvriers, il les gérait et il les payait. Le siège social de sa société bulgare se trouvait à Grâce-Hollogne, chez sa fille, et non pas à Sofia qui n’est qu’une simple boîte aux lettres. Ce sont des dossiers difficiles car il faut gratter le vernis de la légalité pour démonter les rouages. Tout était bien ficelé, bien organisé. »

    Après avoir passé en revue les nombreux antécédents judiciaires de Nico Dewalque, l’Auditorat réclamait 18 mois de prison pour les infractions sociales et de droit commun. Il demandait 6 mois de prison supplémentaires pour les infractions fiscales et il joignait également un réquisitoire de confiscation pour une valeur de 261.573 € qui correspond aux revenus non déclarés.

    Le jugement sera rendu le 13 mars prochain.

    ARNAUD BISSCHOP (site de LA MEUSE)

  • Foot provincial liégeois, remise générale des matches ce dimanche

    Les pluies qui sont tombées ces derniers jours sur la province ont donc poussé le CP liégeois à agir avec prudence pour épargner les terrains. Il s’agit de la première remise générale décrétée cette saison, les matches seront disputés à une date qui reste encore à déterminer, sans doute le week-end des 22 et 23 février, qui est libre.

  • Warsage a retrouvé son trône de leader

    Le 22 septembre 2019, après avoir été 1 er en P2B pendant deux semaines, Warsage tombait de son piédestal suite à sa défaite à Blegny, laissant Pontisse dominer le championnat pendant 4 mois. Mais cette 21 e journée, avec le nouveau faux pas des Herstaliens, a vu les Greens battre… les Blegnytois et retrouver enfin les sommets.

    « On a été menés et je pensais qu’on allait encore perdre des points bêtement mais on n’a pas changé notre manière de faire », raconte le gardien Romain Pierret. « On a aussi profité du fait que Pontisse a perdu quelques plumes dernièrement (NdlR : 1/9 sur les 3 derniers matchs). On attendait ça en tout cas depuis très longtemps. Ça nous fait du bien au moral surtout quand on voit qu’on était à 7 unités de la 1ere place avant la trêve. »

    Pour Romain, le regain de solidité défensive et le nouveau dispositif mis en place sont à souligner. « Dans tous les clubs où je suis passé tels que Hamoir et Visé, c’était des équipes portées vers l’avant et logiquement plus susceptibles d’encaisser, comme Warsage. J’ai toujours été habitué à prendre un certain nombre de buts. Mais je pense que j’ai fait de bonnes prestations cette année qui ont pu un peu combler cette faille. Quant à notre nouveau système en 5-3-2, il est plus défensif mais il peut rapidement se muer offensivement en 3-5-2. On a longtemps cherché un bon dispositif à adopter mais là, ça commence vraiment à prendre forme depuis plusieurs semaines tout comme notre onze de base. On encaisse beaucoup moins grâce à cela. »

    Warsage est donc toujours bien en phase avec son objectif malgré une saison qui ne fut pas toujours aisée en interne et marquée par l’annonce du futur départ du T1 Didier Degueldre. « On a longtemps réclamé de pouvoir jouer sur notre synthétique qui nous convenait mieux mais qui était majoritairement accordé à la P4, » continue Pierret. « Le club nous a finalement écouté. On sait que c’est cette année ou jamais de remonter en P1. On le doit aussi au coach. Pour ça, il faudra qu’on marche tous dans la même direction, qu’on ait surtout confiance en nous-mêmes et toujours se remettre en question car on n’a qu’1 point d’avance, tout peut encore arriver. Mon avenir à Warsage ? C’est un club familial mais j’ai toujours voulu remonter quelques étages. Donc, je n’en sais encore rien. Même s’il avait été clair dès le début de saison, le fait que Didier s’en aille va peut-être changer la donne. » 

    JOACHIM GILLES dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 28 janvier 2020.