Jura - Vellerat - Page 3

  • Vellerat a célébré le 20ème anniversaire de sa libération

    Maxime Zubert et Pierre-André Comte, maires de Moutier et de Vellerat, rejoints par Charles Juillard, chef du Gouvernement jurassien (de dos), ont déposé une pierre symbolique sur le cairn qui se trouve au sommet de la montagne sur la fausse frontière entre Vellerat et Moutier. Cette "rencontre au sommet" a eu lieu ce samedi avant-midi, après l'ascension de la montagne par un groupe venant de Moutier et de l'autre venant de Vellerat.

    Dans l'après-midi, et avant la cérémonie protocolaire, les visiteurs ont pu découvrir une exposition retraçant le combat mené par Vellerat pour arriver à sa libération.

    20160702_409.JPG

    Un combat de 20 ans pour libérer Vellerat. Alors que 17 ans ont suffi pour construire le tunnel du Gothard, le plus long du monde, comme le rappelait le Président du Gouvernement jurassien.

    20160702_412.JPG

    La présence fouronnaise et sa fidélité n'ont pas été oubliées dans cette exposition.

    20160702_414 - copie.jpeg

  • Il est l’un des derniers à fabriquer des caquiats

    La tradition des caquiats se perpétue à Châtillon (Jura). Le menuisier du village est certainement l’un des derniers dans la région à utiliser encore son savoir-faire pour fabriquer l’instrument ancestral. Il faut dire que Vincent Cortat a lui-même participé aux cortèges dans son enfance et que Châtillon est l’un des derniers, si ce n’est le dernier village, où les enfants continuent de remplacer les cloches à Pâques.

    Du jeudi au samedi, ils sont une trentaine à faire résonner les caquiats dans les rues du village et, le samedi matin, ils en profitent pour haranguer les habitants : « On vient pètler parce qu'on a caquié ».

    Les demandes de caquiats ne sont plus guère nombreuses, c’est un instrument qu’on se transmet de génération en génération, mais chaque année, Vincent Cortat remet l’ouvrage sur l’établi pour une ou l’autre commande. C’est avant tout un hobby pour perpétuer cette tradition, car s’il fallait compter les heures passées à la fabrication, le caquiat serait trop cher et du coup invendable. Car le menuisier tient à un travail artisanal. Il aime aussi varier les essences qu’il utilise, toujours locales, pour que les sonorités soient différentes… En attendant que les cloches soient de retour de Rome. (Source: Radio Fréquence Jura)

    Cette tradition existait dans notre région aussi. Je me rappelle que mon père m'avait fabriqué ce genre d'instrument, mais je n'ai jamais parcouru le village avec ça. Des témoignages? Qui se souvient?

    A Hombourg et dans les autres villages de Plombières, on utilise encore les "clabatter" du Jeudi Saint à Pâques.

  • Pierre-André Comte retourne au Parlement jurassien

    Dans le cadre de sa campagne électorale pour les élections au Parlement Capture d’écran 2015-10-19 à 11.40.24.pngjurassien du 18 octobre 2015, Pierre-André Comte a publié cette photo de la Fête du Peuple jurassien de 1988 (où on le reconnaît aux côtés de José Happart, à l'époque député européen et bourgmestre des Fourons, et de feu Roland Beguelin, "père" du Canton et République du Jura). Le dessin ci-contre montre que l'on peut aussi remettre au jour des illustrations humoristiques.

    Après une absence de 5 ans (due au fait qu'un élu ne peut accomplir plus de 4 mandats successifs au Jura), Pierre-André Comte, maire de Vellerat et secrétaire général du Mouvement autonomiste jurassien, a été réélu hier pour un nouveau bail.

  • Découragés, ils abandonnent le combat, se résignent ou émigrent...

     

    image.jpeg

    Extrait de la conférence de presse de Pierre-André Comte, secrétaire général du Mouvement autonomiste jurassien, à la 68ème Fête du peuple jurassien:

     

    Après [une éventuelle défaite au scrutin de 2017]  on pourrait imaginer que les Jurassiens découragés abandonnent le combat, se résignent ou émigrent. En quelques années, l’apathie triompherait et la Prévôté se transformerait en une sorte de Boujean ou de Madretsch, politiquement inerte, culturellement tsé-tsé et commercialement résiduelle.

     

    On dirait que Pierre-André décrit ce qui nous est arrivé après la victoire de Voerbelangen en 2000. 

    Lire la suite