Logement

  • L'enchère de 106.000 € jugée insuffisante par le bourgmestre

    L'ancienne école de Rémersdael a été mise en vente en même temps que la maison voisine.

    Il y a avait quelques curieux, quelques observateurs (comme Grégory Happart qui ne pouvait pas être acheteur parce qu'il est conseiller communal) et quelques amateurs à la vente publique organisée par la commune des Fourons vendredi après-midi. Après la longue lecture des conditions de la vente et les explications. Il était 15 h 23 lorsque la première enchère a été émise par Isabelle Xhonneux, jeune rémersdaeloise très intéressée par l'immeuble. 

    Le notaire a annoncé une pause à 15 h 37. Les enchères étaient montées à 106.000 €. Son estimation était supérieure et il devait avoir l'accord de la commune pour adjuger définitivement, mais la vente publique a été relancée à 16 heures, la commune (qui ?) n'ayant pas donné l'accord, mais plus personne n'a fait une offre.

    Une après-midi perdue pour tout le monde, principalement pour Isabelle Xhonneux qui est indépendante... Le conseil communal devra relancer la procédure.

     

  • Oupeye dit non au château Dossin

    Au début de cette année, la population d’Oupeye et Visé s’était mobilisée en nombre contre un projet immobilier prévu au lieudit château Dossin.

    Situé à Hermalle-sous-Argenteau, cette belle bâtisse est inscrite sur la liste de sauvegarde du patrimoine de la Région wallonne. Racheté par la société Willemen Real Estate, cette dernière souhaitait rénover et transformer le château en habitations, mais aussi construire quatre immeubles dans le parc. Au total, le site aurait accueilli

    102 appartements. De nombreux opposants s’étaient mobilisés contre ce projet et 769 réclamations avaient été introduites lors de l’enquête publique.

    En février dernier, Oupeye émettait un premier avis négatif. Dans la foulée, le fonctionnaire délégué de la Région wallonne, disait lui aussi « non ».

    Restait donc à la commune de statuer définitivement sur la demande de permis. Ce vendredi matin, sans trop de surprise, le Collège l’a refusé.

    « Il y a plusieurs raisons à cela, commente Paul Ernoux, échevin de l’Urbanisme. D’abord, l’avis des pompiers a été négatif notamment en raison de problèmes de sécurité liés aux parkings souterrains. Ensuite, le projet étouffait beaucoup trop le château. Il n’était plus mis en valeur. Enfin, il y a la densité d’habitat, qu’on a estimé beaucoup trop élevée. » « Il faut savoir, embraye Serge Fillot, bourgmestre d’Oupeye, qu’en 2016, Willemen est venu nous voir avec deux avant-projets.

    L’un avait nos faveurs, avec seulement trois immeubles R+3. Finalement, c’est l’autre projet, celui avec quatre immeubles dont une tour de six étages, qu’ils ont déposé. Une tour que je trouve être de la provocation, surtout à cet endroit. » Favorable à une urbanisation de cette partie de Hermalle, le Collège ne ferme pas la porte à Willemen et à un projet immobilier au château Dossin. A condition qu’il soit plus modeste. -

    AURÉLIE DRION dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 11 mai 2019

  • Construction de 15 résidences-services à Fouron-le-Comte

    La société ANVEST de Heusden-Zolder a entrepris en janvier la construction de 15 résidences-services dans le parc de l'ancien couvent de Fouron-le-Comte. Chaque appartement disposera d'un garage en sous-sol (photo).

  • L’architecte Luc Spits présentera son projet au MIPIM

    Visé, ville touristique et commerçante, pourrait attirer encore plus de visiteurs. À condition d’améliorer les abords de la Meuse avec la présence de l’autoroute et du chemin de fer.

    Capture d’écran 2018-02-16 à 08.06.12.png

    Une page de MARC GÉRARDY à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 16 février 2018.

  • Evolution des prix des maisons et des terrains à bâtir.

    Selon des chiffres de la Fédération Royale du Notariat belge, publiés par Trends, les prix des maisons ont diminué de 26 % au cours des 5 dernières aux Fourons, alors qu’ils ont augmenté de 7 % à Aubel et de 6 % à Plombières.

    A Plombières, les terrains à bâtir ont augmenté de 132 % au cours de la même période, alors qu’ils sont restés stables à Aubel et aux Fourons.