Logement - Page 7

  • MATEXI, un lotissement "Francophones exclus"!

    Matexi.jpg

    La société MATEXI qui a des projets à différents endroits en Belgique (et en Pologne) sait se montrer bilingue là où elle le veut. Mais lorsque vous interrogez son site sur FOURON-LE-COMTE, vous ne trouverez qu'une description en néerlandais. Il s'agit d'une société privée et elle peut donc faire ce qu'elle veut dans ce domaine. Et ainsi révéler de quel bois elle se chauffe.

    matexi_rues.jpg

    Le conseil communal va attribuer mardi soir des noms aux rues de ce lotissement de 80 parcelles. Les "heureux" habitants ne seront pas gâtés: ils habiteront à "Heirweg", "Amphora", "Atrium", "Silex", "Tungri", "Dolium, "Sterappel" ou "Boskoop".

  • Le Wooncode largement amputé

    La Cour Constitutionnelle a annulé aujourd’hui, avec effet rétroactif (!), plusieurs chapitres importants des décrets du Parlement flamand du 27 mars 2009 relatifs à la politique foncière et immobilière.

    Il s’agit des importants chapitres intitulés :

    • Charges sociales (dans le titre 1er « réalisation d’une offre de logements sociaux »)
    • Mesures concernant le logement abordable
    • Habiter dans sa propre région.

    Kroll_pjpeg_2562173_f8f41422509e45e7109555cb2ed3d4ef.jpg

    Le Wooncode illustré par Kroll. 

    -    En mai dernier, la Cour européenne de justice avait déjà jugé le décret flamand contraire au droit de l’Union européenne. Par son effet rétroactif, l'arrêt permettra à des personnes lésées par ce décret d'obtenir réparation des dommages subis. Le Gouvernement flamand appréciera!

    Il s’agit là d’une victoire importante pour les Francophones. Les recours avaient été introduits notamment par Eric Libert, échevin de Rhode-Saint-Genèse, Christian Van Eycken, seul député francophone au Parlement flamand, le Syndicat national des propriétaires et copropriétaires, etc.

  • Migration vers les communes voisines

    CONSÉQUENCES DE L'ANNEXION 

    Neven.jpg

     

    Marcel Neven, mayeur de Visé

    Aujourd’hui, la commune de Fourons, qui est gérée depuis 2000 par une majorité flamande, compte 4.100 habitants dont encore 40 % de francophones. Mais José Smeets, ancien bourgmestre et actuel conseiller communal (et échevin de l'opposition) francophone R.A.L. (Respect-Avenir-Libertés) déplore la diminution constante de la population. « En 1961, soit avant l’annexion au Limbourg, Fourons comptait 4.300 habitants. En 50 ans, la commune a donc accusé une diminution de 5 % de sa population, alors que toutes les autres communes alentours ne font qu’augmenter : 31 % de plus pour Visé, 57 pour Dalhem, 34 pour Aubel, 27 pour Plombières ». Selon R.A.L., le bourgmestre, Huub Broers, explique cette diminution par le fait qu’il y a de moins en moins de familles nombreuses. « Mais cet argument ne tient pas debout ! », martèle José Smeets. « Car alors, la situation devrait être la même partout. Et selon nos analyses, ce sont les francophones qui ont déserté Fourons pour s’installer dans les villages voisins où ils peuvent s’exprimer librement en français ».

    Une hypothèse que ne réfutent pas les bourgmestres des communes voisines de Visé et Dalhem. « Oui, des Fouronnais francophones sont venus s’installer chez nous durant les 50 dernières années », reconnaît Marcel Neven, mayeur de Visé. « C’est évidemment difficile à chiffrer mais j’en connais moi-même plusieurs. Chez nous, ils choisissent Dewez.jpgsurtout Visé, car c’est le point le plus proche puisque notre ville est voisine directe du village
    fouronnais de Mouland. Et il est certain que la façon peu sympathique dont les francophones sont traités à Fourons a pesé lourd dans leur décision de déménager. Et le droit de vote accordé aux Hollandais lors des élections communales de 2000 n’a pas arrangé les choses
    ». « Chez nous, ils ont surtout construit sur les villages de Warsage et Berneau, qui sont aussi les plus proches géographiquement de Fourons », poursuit Arnaud Dewez, bourgmestre de Dalhem (photo ci-contre). « On sent clairement que certains sont découragés par la situation actuelle de leur commune et qu’ils veulent s’installer dans une commune où ils bénéficient de davantage de facilités, mais sans trop s’éloigner de leurs racines. Évidemment, les Fouronnais francophones ne représentent qu’une minorité par rapport à notre population totale». 

     

  • 12 maisons sociales à vendre à Fouron-Saint-Martin

    PPT_FSM.jpg

    Le projet a bien évolué depuis la prise de cette photo le 9 mai dernier.

    Ce projet concerne la construction de 12 habitations sociales de 3 chambres à vendre sur un lotissement de la Petite Propriété terrienne de Tongres à Fouron-Saint-Martin (en face de la caserne de la police).

    Un lotissement de six parcelles s'y ajoutera plus tard (entre les habitations et le chemin de fer).

    Les prix de vente varient entre 184.796 euros et 199.632 euros (terrain et TVA compris). La superficie des parcelles varie entre 200 et 335 m2. Les frais de notaire s'élèvent à environ 4000 euros (pour l'emprunt et l'achat).


  • Six immeubles à vendre à Teuven

    Teuven.jpg

    Maison n° 1

    Maison n° 2 (Sinnich)

    Nouvelle construction n° 3 (Mostert)

    Maison n° 4

    Maison n° 5

    Maison n° 6 (ancien café)