Patriotisme - Page 4

  • Relais Sacré le dimanche 8 novembre 2015

    Les heures officielles de passage sont connues:

    Fouron-Saint-Martin:  09h10 

    Fouron-Saint-Pierre:  09h35 
    Rémersdael:              09h55 

    Teuven:                     10 h15   
    Fouron-le-Comte:      10h45  (route de Warsage au Monument) 
    Mouland:                   11 h  (après le passage à Fouron-le-Comte) 

  • L'occupation allemande à Visé

    Voici un résumé de ce livre important sur l'occupation allemande dans nos régions durant la première guerre.Ce triple numéro des Nouvelles Notices Visétoises reprend essentiellement les contributions de 8 auteurs du 2e colloque consacré à la guerre 1914-1918 produit par le musée de Visé. Le thème de cette réunion du 9 mai était l’occupation allemande. En voici un résumé :

    Eddy Bruyère, chercheur visétois a expliqué le rôle joué par les Pays-Bas et spécialement le Limbourg néerlandais à l’égard des réfugiés belges, particulièrement les Visétois ; l’accueil prodigué et surtout la multitude d’associations qui se sont créées pour venir en aide aux pauvres Belges. Dans le même esprit, il analyse l’importance d’un journal belge édité à Maestricht, le Courrier de la Meuse, qui de plus fut fondé par le Visétois Dieudonné Thonon.
    Michel Coleau, archiviste de Dinant, rend hommage à Charles Balbour, copilote de l’Atlas V, dont la mémoire a été quelque peu oubliée à quelques mois du centenaire de cet exploit patriotique. Nous y avons ajouté un récit de feu M. Derkenne sur l’odyssée de ce remorqueur en janvier 1³917.
    Jean-Pierre Lensen, conservateur du musée de Visé, raconte le destin à la fois de 12 bourgmestres de la Basse-Meuse, malmenés et parfois exécutés, pris en otage ou réfugiés par après aux Pays-Bas, mais aussi de 6 membres du clergé local dont trois furent exécutés. Il tâche d’en expliquer les raisons.
    Claude Fluchard, historien, évoque le suivi de l’administration communale de Visé jusqu’en 1920 avec la résistance aux diktats de l’occupant et les soubresauts de l’immédiate après-guerre.
    Isabelle Dalimier, des Rendez-Vous de Richelle, a évoqué les marraines de guerre et spécialement les relations entre une Suissesse, Mlle Emma Grenier et le soldat namurois Norbert Collard.
    Jacques Vandenbroucke, historien d’Andenne, a mis en lumière la déportation en novembre 1916 de 1924 hommes de la région d’Andenne.
    Laurence van Ypersele, professeur à l’Université de Louvain-la-Neuve, prouve que la Belgique plusieurs mois avant le déclenchement en août 1914 était prête à répondre aux menaces de nos puissants voisins, dont particulièrement l’Empire allemand.

    Sortie ce 5 novembre, la revue richement illustrée (95 photos) de 144 pages couleurs peut être obtenue en versant 19 € au compte de la S.R.A.H.V. BE77 3400 2758 7242.

    La revue sera gratuite pour les membres en ordre de cotisation 2015, qui recevront de plus une autre revue début 2016. (La cotisation n’est que de 25 € au même compte). 

    Pour tous renseignements, n’hésitez pas à prendre contact au 0495 / 49.63.91.

  • Balade conférence à Fouron-Saint-Pierre

    Thomas Lambiet animera la balade conférence présentant Fouron-Saint-Pierre et les environs le dimanche 18 octobre.20150501_028.JPG

    Rendez-vous devant l'église de Fouron-Saint-Pierre à 13 h. 30. Il est conseillé d'emporter de bonnes chaussures de marche.

    Infos: Thoas Lambiet: 0486 84 99 37.

    Une organisation de la Société d'Histoire et d'Archéologie du Plateau de Herve.

  • Drapeau bientôt centenaire restauré

    20150510_076 - copie.JPG

    Grâce à Yvon Constant et Mia Hardy, les anciens combattants de Teuven sont représentés par deux drapeaux. Ils ont en effet retrouvé et fait restaurer le drapeau de "La Garde de la Frontière" de "Teuven et La Planck".

  • L'arbre à clous de Fouron-le-Comte, cité dans un concours européen

     DSC04489.jpg

    La commune des Fourons est choisie parmi les candidats du concours "l'arbre européen de l'année".

    On a choisi "l'arbre à clous" que vous trouverez à Fouron-le-Comte (au coin du petit chemin rural entre la rue de l'Arbre, Hoeneveldje et Heuvelke). Cet arbre avait déjà fait l'objet d'un billet de ma part en 2007.

    "L'année passée, la commune a fait soigner cet arbre médiéval, avec donc un âge minimal de 5 siècles, par des chirurgiens spécialistes d'arbres malades (oui, ça existe vraiment) pour qu'il retrouve toutes ses forces.

    On peut voter à partir d'aujourd'hui jusqu'au 28 février. En ouvrant le site (en anglais, mais avec la possibilité de changer en français) vous aurez cette possibilité.", écrit le bourgmestre Broers sur la page Facebook de la commune des Fourons.

    Les arbres à clous sont les exemples les plus significatifs du transfert de la maladie vers un autre élément.
    Au sujet de leur pouvoir guérisseur, Jean Chalon écrit en 1912 : "Si un homme a mal aux dents, attendez que la lune soit en décroissance, alors enfoncez un clou dans la dent malade jusqu'à ce qu'elle saigne ou faites toucher la dent malade par un guérisseur avec un clou de cercueil, fichez ce clou, sans rien dire, dans la face nord d'un chêne en un point que le soleil n'échauffe jamais : la dent malade ne fera plus souffrir son possesseur tant que l'arbre reste debout. C'est au génie de l'arbre que s'adressent les hommages et les prières, c'est sur lui aussi qu'on cherche à se décharger de ses maux." (Musée de la Vie wallonne).