Patriotisme - Page 5

  • L'arbre à clous de Fouron-le-Comte, cité dans un concours européen

     DSC04489.jpg

    La commune des Fourons est choisie parmi les candidats du concours "l'arbre européen de l'année".

    On a choisi "l'arbre à clous" que vous trouverez à Fouron-le-Comte (au coin du petit chemin rural entre la rue de l'Arbre, Hoeneveldje et Heuvelke). Cet arbre avait déjà fait l'objet d'un billet de ma part en 2007.

    "L'année passée, la commune a fait soigner cet arbre médiéval, avec donc un âge minimal de 5 siècles, par des chirurgiens spécialistes d'arbres malades (oui, ça existe vraiment) pour qu'il retrouve toutes ses forces.

    On peut voter à partir d'aujourd'hui jusqu'au 28 février. En ouvrant le site (en anglais, mais avec la possibilité de changer en français) vous aurez cette possibilité.", écrit le bourgmestre Broers sur la page Facebook de la commune des Fourons.

    Les arbres à clous sont les exemples les plus significatifs du transfert de la maladie vers un autre élément.
    Au sujet de leur pouvoir guérisseur, Jean Chalon écrit en 1912 : "Si un homme a mal aux dents, attendez que la lune soit en décroissance, alors enfoncez un clou dans la dent malade jusqu'à ce qu'elle saigne ou faites toucher la dent malade par un guérisseur avec un clou de cercueil, fichez ce clou, sans rien dire, dans la face nord d'un chêne en un point que le soleil n'échauffe jamais : la dent malade ne fera plus souffrir son possesseur tant que l'arbre reste debout. C'est au génie de l'arbre que s'adressent les hommages et les prières, c'est sur lui aussi qu'on cherche à se décharger de ses maux." (Musée de la Vie wallonne).

  • Dalhem a rendu hommage à ses victimes de la guerre 14-18

    20140805_128.gif

    En éditant un livre "Des premiers jours de la guerre jusqu'à la reconquête de la liberté" (disponible au prix de 10 euros à l'administration communale de Dalhem) et en organisant une manifestation d'hommage à Warsage et Berneau ce mardi, l'échevinat de la culture de Dalhem rendu hommage aux victimes de la guerre 14-18. Manifestation qui rencontra d'ailleurs un vif succès de foule.

    20140807_176.gifCette manifestation concernait aussi un peu les victimes fouronnaises de la guerre 14-18 puisqu'on peut difficilement dissocier les victimes qui ont été rassemblées pour un hommage commun à travers du Monument des Pendus dont on a déjà parlé ici.

    Comme on le sait, il y avait notamment parmi ces victimes les frères Franck (Pierre, Ferdinand et Julien) de Warsage, leur beau-frère Lucien Lambert, et le cycliste Marcel Kerff de Fouron-le-Comte.

    Des descendants de ces deux familles s'étaient donné rendez-vous à cette occasion. C'est ainsi que Madame Annie Demeyère-Spronck, petite-fille de Pierre Franck recevait la visite de ses cousins anglais pour l'occasion. 

    Un jeune frère des trois Spronck fusillés, Edmond, s'était en effet enfui en Hollande puis en Angleterre où il a fondé une nouvelle branche des Franck. 

    20140805_130.gif

    Pierre, le fils d'Edmond, aujourd'hui âgé de 86 ans, était présent avec 5 de ses enfants, autour d'Annie Spronck, pour la manifestation organisée par la commune de Dalhem.

    20140805_131.gif

    Notre échevin José Smeets a ainsi pu apprendre que la famille d'Edmond Franck compte une trentaine de descendants en Grande-Bretagne et qu'une autre branche, australienne celle-là, comptera bientôt 31 membres également.

    Du côté des Kerff, c'était principalement des Fouronnais qui étaient présents, avec notamment Alphonsine, Jeannette et Eric, mais aussi les Houtermans...

  • La Croix des Pendus à Mouland

    Croix des Pendus de Mouland.jpg

    Ce monument a été relevé de ses ruines le 2 juin 1946. Nous rappelons les noms des victimes fusillées : 

    • Franck Pierre et Ferdinand nés à Warsage, le 20-6-1895;

    • Franck Julien, né à Warsage, le 23-3-1897;

    • Longton Hubert, né à Warsage le 27 mars 1867.

    Les victimes pendues furent :

    • Glaude François, gendarme pensionné, résidant à Berneau. né le 24-4-1847 à Baconfay-Tenneville (Luxembourg) ;

    • Kerff Marcel, de Fouron-le-Comte, né à Fouron-St-Martin, le 2-6-1866;

    • Soxhet Laurent habitant Warsage, né à Aubin-Neufchâteau, le 29-7-1871;

    • Geelen Nestor, habitant Warsage, né à Fouron-le-Comte, le 25-8-1896

    • et inconnus, probablement d'origine française, cherchant à passer en Hollande.

    L'érection du Monument des 6 Pendus et des 4 Fusillés de 1914, à Mouland, sur la route de Maestricht, avait été une œuvre secondée par feue la comtesse de Geloes d'Eysden, membre de la Confrérie de la Ste-Croix à la Tombe.

    A la résurrection de ce souvenir, le 2 juin 1946, trois de ses arrière-petits-enfants la représentaient, orphelins du Comte Raphaël de Liedekerke, fusillé à Utrecht, le 9 octobre 1942, pour Dieu, le Roi et la Patrie! Une éclaircie de l’après-midi, après un temps pluvieux, permit néanmoins que plus de 500 personnes vinrent assister à la Bénédiction de la nouvelle Croix, à 6.30 h. du soir. Mouland, croix et acolytes en tête, arriva à l'heure fixée, religieusement et patriotiquement. Berneau put voir à 500 mètres, de là, la restauration, au sentier de Mesch, de la Croix de ses 3 pendus en 1914. Visé et les villages voisins envoyèrent leurs représentants parmi lesquels il faut remarquer le Bourgmestre de Warsage. Fouron-le-Comte et Fouron-St-Martin se distinguèrent par leur nombre et l'éclat de leurs drapeaux. Une harmonie spéciale sous la direction de M. Nelissen, de Visé, rehaussa la fête patriotique. Deux discours, en nos langues nationales parlées à nos frontières, rappelèrent les circonstances de la guerre de 1914, plus malheureuses encore en 1940-44. 

     

    M. le bourgmestre de Fouron-le-Comte abonda éloquemment dans le même sens. La Bénédiction du Monument   fut   accompagnée de l'exécution de morceaux choisis, qu'une Brabançonne termina par l'augmentation des meilleurs sentiments religieux et patriotiques. 

    Lire la suite