Police - Page 2

  • Un bourgmestre qui ne montre pas le bon exemple: il explique à un habitant de sa commune comment… éviter les contrôles de police aux frontières

    Le bourgmestre OpenVLD de Lanaken, Marino Keulen, a donné un conseil à un habitant de sa commune pour éviter le contrôle à la frontière avec la Hollande. 

    Tout a commencé lorsque son interlocuteur l’a interpellé via Facebook Messenger en lui demandant s’il pouvait rendre visite à sa partenaire et à son enfant qui vivent à Maastricht, aux Pays-Bas. « En principe, on ne peut pas », lui a répondu le bourgmestre dans un premier temps, en respectant ainsi les consignes car ce trajet n’est pas considéré comme « essentiel ».

    Sauf que dans la foulée, Marino Keulen lui a donné un petit conseil pour éviter ces contrôles : « Mais si tu pars très tôt le matin ou très tard le soir, il n’y aura probablement pas de contrôle. Tu pourrais tenter le coup ».

    Renvoyé chez lui

    Pensant avoir la bénédiction du bourgmestre, l’homme a pris la route et… a été contrôlé, une fois à la frontière. Il a alors montré son échange avec le bourgmestre. Ce qui, comme l’explique Het Nieuwsblad, n’a pas amusé les agents, qui l’ont renvoyé chez lui, et ont demandé qu’une enquête soit ouverte.

    Marino Keulen a reconnu les faits et s’est excusé : « Je n’aurais pas dû dire ça. J’ai écrit ça le 20 mars, quand les consignes n’étaient pas encore claires. Mais je regrette et je n’avais aucune intention de gruger la police », a-t-il expliqué, avant d’assurer qu’il rappelait sans cesse aux personnes qui lui posaient la question qu’il était interdit de traverser la frontière.

    Publié le jeudi 16 Avril 2020 sur le site de SUDINFO.

  • Des petits malins avaient trouvé une voie parallèle

    La police des Fourons est intervenue avec l'aide des ouvriers communaux.

    Hier, on a découvert un raccourci à côté du blocage frontaliers ‘Grijze Graaf’ à Fouron-le-Cômte, seulement pour éviter le blocage physique. Ce comportement est égoïste et irresponsable ! Maintenant on a fermé le raccourci avec les ouvriers de la commune.
    Comme dans les autres zone de police, nous remarquons une hausse des déplacements sans raison justifiable. Par conséquent, nous avons été obligé de rédiger 4 procès-verbaux. Maintenant, c’est le moment de persévérer. Pas seulement pour votre propre santé, mais aussi pour la santé de votre famille et amis !

  • Contrôle à la frontière à La Planck

    Lundi soir, un homme de 33 ans de Gulpen s’est fait prendre en train de conduire sous influence d’alcool et d’héroïne aux contrôles frontaliers de la Planck à Fourons. Après un contrôle approfondi du véhicule, la police locale a découvert une quantité de cannabis. Le permis de conduire de l’homme de nationalité néerlandaise a été retiré pour une période de 15 jours et ce dernier doit se justifier au tribunal. De plus, l’habitant de Gulpen a déjà reçu une amende de 250 euro parce qu’il n’a pas respecté les mesures corona. L’homme ne pouvait pas prouver que son déplacement était essentiel.

    (La Police des Fourons)

  • Comportement inacceptable à La Planck

    Un cycliste eupenois de 41 ans s’est mal comporté au poste frontière de La Planck ce vendredi midi à l’égard d’agents de police. L’homme voulait traverser la frontière vers les Pays-Bas, mais en a été empêché par la police. 

    Lorsque l’homme a compris qu’il devrait faire demi-tour, il a protesté. Il a toussé et craché vers les inspecteurs de police tandis qu’il criait qu’il était atteint du coronavirus. 

    L’homme a été maîtrisé et arrêté. Il peut s’attendre à une peine sévère.

  • La police applaudit le personnel soignant

    Depuis quelques jours, à 20h, les citoyens applaudissent depuis leurs fenêtres le personnel soignant. Ainsi, ce vendredi soir, des policiers de la zone de police de la BasseMeuse se sont rendus devant la clinique NotreDame de Hermalle-sousArgenteau. Feux bleus allumés, la dizaine d’hommes a applaudi chaleureusement médecins et infirmiers. L’opération s’est répétée ce dimanche soir, toujours devant la clinique, mais par la zone de police de Herstal. Là, c’est à un concert de sirènes hurlantes qu’a eu droit le personnel soignant.

    (A.DR. et A.MA - LA MEUSE BASSE-MEUSE du 24 mars 2020)