Visé - Page 3

  • Michel Thiry, nouveau président du Commerce visétois

    Le nouveau président du commerce visétois est Michel Thiry. Il succède à Emilie Henry qui reste dans le comité et qui est chargée du calendrier des événements et des réseaux sociaux. Michel Thiry est bien connu dans toute la Basse-Meuse. Il a organisé des championnats d’hovercrafts sur l’île Robinson à Visé mais il a surtout mené une carrière importante au niveau du commerce visétois.

    « Je suis dans le commerce depuis 1972. Avec mes frères, j’ai ouvert un commerce de fruits et légumes au Marché couvert de Droixhe puis en 1983, je suis arrivé à Visé et j’ai dirigé le magasin « Nopri » de Visé qui est ensuite devenu GB puis Carrefour Market, à Visé et à Oupeye, dirigés désormais par mon neveu, Christophe Thiry », rappelle Michel Thiry, 64 ans.

    Lire la suite

  • Knauf installe 6.000 panneaux photovoltaïques

    À Visé, l’entreprise Knauf Insulation poursuit sa croissance ainsi que le développement des énergies renouvelables.

    Spécialisée dans la production de matériaux d’isolation à base de laine de verre, la société visétoise fête cette année son 40e anniversaire ! Elle exporte 80 % de sa production en France, aux Pays-Bas, en Allemagne et en Scandinavie. Knauf emploie au total en Belgique 850 personnes dont 700 en Wallonie et 350 sur le siège central de Visé. Elle est également présente en Afrique.

    « 40 % des consommations énergétiques en Europe sont attribués aux bâtiments mal isolés. Nous nous efforçons de limiter les effets néfastes liés au changement climatique car une fois bien installés, nos matériaux permettent d’économiser 250 tonnes de CO2. Nos laines sont fabriquées à partir de 80 % de verre recyclé et notre liant Ecose est à base végétale. Pour donner un ordre de grandeur, en 40 ans de production de laine de verre à Visé, l’utilisation de nos isolants installés dans des bâtiments à travers l’Europe, aurait permis de réduire l’émission de 200 millions de tonnes de CO2, soit l’équivalent des émissions annuelles de 85 millions de voitures diesel ! », indique fièrement Mark Leverton, directeur général Europe de l’Ouest pour Knauf Insulation.

    Cette installation de 6.000 panneaux photovoltaïques produira 1700 Mégawatts heure/an.

    « C’est la deuxième plus grande installation wallonne en terme de production d’électricité photovoltaïque sur toiture après Spadel et la quatrième en Wallonie suivant le nombre total de panneaux (les deux autres sont installées dans des champs). Cette installation permettra d’éviter l’émission de 790 tonnes de CO2 par an et est équivalente à la consommation annuelle de 525 ménages », indique Laurent Boulanger, responsable marketing de RENO-Solutions à Chênée qui fête son 10e anniversaire d’existence.

    « Nous employons environ 30 employés et 60 ouvriers. Nous avons installé ces panneaux nouvelle génération avec gestion de l’ombrage et gestion monitorée pour tirer 100 % de leur efficacité. Il n’y a donc plus d’arrêt de production temporaire. Les travaux ont duré plus de six mois, après les études préparatoires et pendant que l’usine fonctionnait », précise encore Laurent Boulanger.

    TRIPLE INAUGURATION

    En plus de ces 6.000 panneaux photovoltaïques inaugurés par le Ministre wallon de l’Economie, Pierre-Yves Jeholet et le Collège communal de Visé, un éclairage LED a également été inauguré ainsi qu’un centre d’expérience.

    « Cet éclairage va nous permettre de diviser par quatre notre consommation d’électricité dans notre usine visétoise qui tourne 24h/24 et 7 jours/7. 10 km de câbles, 100 détecteurs de présence et 1253 nouvelles armatures LED ont déjà été installés. D’ici fin de l’année, l’économie d’électricité sera de 3000 MWh/an en évitant l’émission de 1200 tonnes de CO2/ an soit l’équivalent de la consommation de 860 ménages », ajoutent Olivier Douxchamps, directeur de l’usine Knauf de Visé et Marck Dirckx, directeur général d’Engie Fabricom 

    Un article de MARC GÉRARDY dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 8 mai 2019.

  • La place Reine Astrid rénovée pour 3.900.000 €

    Dans le cadre de son programme triennal, la Ville de Visé a inscrit l’aménagement d’un espace public de convivialité sur la place Reine Astrid, place centrale de la cité de l’Oie.

    « Le réaménagement de cette place est indispensable au vu des nombreuses activités qui y sont organisées et au vu de l’attractivité de Visé dans la BasseMeuse », indique Madame le bourgmestre, Viviane Dessart. L’estimation des travaux s’élève à 3,9 millions d’euros . Les autres intervenants prendront en charge 1,5 million d’euros et le subside est estimé à 1,4 million avec un maximum de 768.225 euros.

    « La moitié des subsides est consacrée au parking souterrain et l’autre moitié à l’aménagement de la place sur laquelle les commerçants souhaitent encore du parking mais la Ville veut aérer la place. Il s’agira ensuite de lancer le marché conjoint avec la Région wallonne », précise Charles Havard, directeur général de Visé.

    Un programme triennal approuvé à l’unanimité du conseil communal de Visé.

    D'un article de MARC GÉRARDY à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 7 mai 2019.

  • Quelques fouronnais se sont glissés dans la peau d'un ministre

    Capture d’écran 2019-05-07 à 05.59.41.pngCe lundi, les citoyens de la Basse-Meuse se sont exprimés.

    Le 26 mai prochain, chaque citoyen se rendra aux urnes en vue d’élire les nouveaux gouvernements régionaux, fédéraux et européens. Ce jour-là, c’est vous qui déciderez de nos futurs décisionnaires. En attendant, avec notre opération spéciale « Moi, ministre », les rédactions du groupe Sudpresse et de vos Meuse Liège/ Basse-Meuse vous donnent l’occasion de vous glisser Capture d’écran 2019-05-07 à 05.59.56.pngdans la peau de nos dirigeants.

    Deux pages d'EMILIE DEPOORTER et ET VICTORINE MICHEL à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 7 mai 2019.

  • Une autoroute cyclable entre Huy et Visé

    Le parti Ecolo veut créer une nouvelle autoroute cyclable. Celle-ci relierait Huy et Visé et passerait par Liège. Elle permettrait aux travailleurs liégeois qui habitent les communes avoisinantes de rejoindre leur lieu de travail sans utiliser leur voiture.

    Aller travailler à vélo. Certains y sont opposés. Mais ils pourraient peut-être bientôt changer d’avis grâce à une toute nouvelle autoroute… cyclable. C’est en tout cas l’idée lancée par le parti Ecolo au sein de son « Plan Liégeois Vélo ». Ce nouveau tronçon relierait les communes de Huy et Visé en passant par le centre-ville de Liège et longerait les bords de Meuse.

    ADAPTER LES PISTES CYCLABLES

    Pour créer cette autoroute ainsi que d’autres pistes du même genre, les possibilités restent multiples : « On pourrait créer de nouveaux tronçons mais on peut aussi utiliser les pistes cyclables existantes et les transformer. Il faut que les gens aient de la place pour rouler. La piste doit donc être plus large et surtout proposer une séparation physique avec les automobilistes », continue Sarah Schlitz.

    INVESTIR DANS LES INFRASTRUCTURES

    Mais au-delà de cette nouvelle autoroute, ce « Plan Liégeois Vélo » met également l’accent sur les investissements à réaliser : « Nous proposons de débloquer un budget de crise au niveau wallon à hauteur de 30 millions d’euros pour l’arrondissement de Liège. Cette somme sera consacrée aux infrastructures cyclables pendant les quatre prochaines années ».

    D'un article de STEFANO BARATTINI à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 20 avril 2019.