Catastropbe

  • Les pluies abondantes du 21 mai 2018 au 10 juin 2018 reconnues comme calamité publique

    La rue du Village de Mouland le 1er juin 2018 après-midi.

    Le Gouvernement flamand a publié un arrêté considérant comme une calamité publique les pluies abondantes survenues du 21 mai 2018 au 10 juin 2018 sur le territoire de la Région flamande et délimitant l’étendue géographique de cette calamité.

    Les sinistrés de Mouland du 1er juin 2018 peuvent donc demander une intervention suite à des dommages causés par des calamités publiques en Région flamande.

    Texte de l'arrêté du 21 décembre 2018 publié dans le Moniteur belge du 28 février 2019.

    Une document fort utile concernant le fonds de calamités et les démarches à entreprendre est disponible sur internet. Malheureusement, la Flandre n'a pas tenu compte de sa minorité francophone qui devrait avoir accès à des documents en français.

  • LES PAYS-BAS EN DEUIL

     Capture d’écran 2014-07-18 à 07.56.54.png

    Le sinistre décompte par nationalité est tombé peu avant 23 heures, suite à une conférence de presse donnée aux Pays-Bas par la direction européenne de la Malaysia Airlines. Il y avait cinq Belges à bord.

    Ce sera peut-être plus car la nationalité de 47 personnes reste indéterminée. Rien n’a été dit sur leur identité.

    Nos voisins paient un très lourd tribut dans cette catastrophe puisque l’on dénombre 189 Néerlandais parmi les tués (ce chiffre est passé à 193 samedi matin). Les premiers secouristes ont déclaré avoir retrouvé des passeports malaisiens et hollandais sur place. Notamment des passeports d’enfants. Les Pays-Bas se sont dit « profondément choqués ». Les larmes aux yeux, les proches des victimes ont été emmenés dans un restaurant se trouvant au premier étage de l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol, inaccessible à la presse, a constaté un journaliste de l’AFP présent sur place. « Je suis profondément attristé par cette horrible nouvelle », a déclaré le roi des Pays-Bas Willem-Alexander, cité dans un communiqué : « Nos pensées vont vers les familles, amis et collègues des victimes, tout comme vers ceux qui ne savent pas encore si un de leurs proches se trouvait à bord de l’appareil. »