Commerce

  • Frédéric Tossens ferme sa supérette

    Frédéric Tossens ne badine pas avec la sécurité. Le traiteur warsagien, également boucher et organisateur de banquets, était l’un des premiers dans la région à installer un système de sécurité digne de ce nom pour éviter la propagation du coronavirus dans son établissement. Ainsi, plusieurs protections sont de rigueur depuis des mois dans le magasin afin de réduire au maximum les contacts entre le personnel et les clients. Malheureusement, la supérette est fermée depuis lundi matin. Au grand dam des villageois ayant l’habitude de s’y rendre pour faire leurs courses… « J’ai pris la décision ne pas ouvrir les portes du magasin durant une semaine », nous confie Frédéric Tossens, soucieux de faire passer son message. « Je préfère être transparent avec mes clients, même s’il n’y a rien de grave à l’heure actuelle. Ainsi, je peux vous dire qu’il y a une suspicion de coronavirus au sein de mon personnel. Je n’étais pas obligé de fermer si rapidement la supérette, mais j’ai une image de marque à conserver et je ne souhaite prendre aucun risque vu la situation sanitaire. Bref, j’ai pris mes responsabilités. Oui, c’est mon choix. J’espère de tout mon cœur que les clients le comprendront ». Frédéric Tossens peut être apaisé. En effet, sur les réseaux sociaux, les commentaires vont dans le même sens : sa conscience professionnelle est mise en évidence. Dans le village, les gens comprennent aussi cette décision qu’ils qualifient de « sage ». -

    YANNICK GOEBBELS dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 13 octobre 2020

  • « Gougouille », le nouveau chocolat wallon

    En comptant les étudiants et les apprentis, on recense 19 personnes travaillant à la chocolaterie de Didier Smeets à Berneau. Ces épicuriens se sentent encore davantage concernés par leur boulot depuis que le Dalhemois, élu « Etoile de l’année » dans la catégorie gastronomie, a lancé la marque « Gougouille ».Capture d’écran 2020-09-11 à 07.38.54.png

    « Tout le monde goûte puis fait des propositions pour mettre en évidence un chocolat éthique que j’ai découvert lors d’un voyage en Colombie », explique le patron. « Nous avons par exemple créé une tablette au café artisanal de Verlaine et du chocolat à la cannelle moulue à Verviers. Nous jouons avec les mots en ‘wallonisant’ les noms de ces produits ». Le processus de création est donc différent des produits de la marque Didier Smeets. « Chez moi, le chocolat est transformé en partant de fèves de cacao que je fais importer. Pour la marque ‘Gougouille’, ce n’est pas le cas. De fait, j’ai trouvé un accord avec un artisan local qui produit un chocolat de qualité supérieure mais davantage méconnu. Ce dernier m’envoie une partie de sa production que je peux ensuite retravailler avec mes amis de la chocolaterie. Je pense d’ailleurs que je suis le seul en Belgique à œuvrer avec du chocolat colombien ».

    C’est en début de semaine que Didier Smeets a lancé cette nouvelle marque. Avec succès… « Mes chocolats ont un certain prix vu que le processus de transformation des fèves a lieu dans mon atelier. Pour ‘Gougouille’, l’accord trouvé avec le chocolatier colombien est si intéressant, tout en restant éthique donc (NDLR un bon revenu pour les personnes ayant permis sa confection en Colombie), que les nouveaux produits vont tous pouvoir se retrouver dans différents magasins. Je n’ai pas encore réalisé le moindre démarchage que je recense déjà une quinzaine de points de vente en deux jours ». 

    YANNICK GOEBBELS dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 11 septembre 2020

  • Décès de Jetteke

    Nico Meens annonce dans "Het Belang van Limburg" le décès de Madame Jette Haccourt-Weustenraad à l'âge de 86 ans.

    Son petit magasin réputé de Veurs était fort connu par les touristes.

  • Le commerce visétois a un nouveau président

    Au mois de juin dernier, Michel Thiry (ColorCode) a cédé sa place de président du commerce visétois à un nouveau président, Benoît Tilkin (Ben’s), qui passe de vice-président à président jusqu’au printemps 2021.

    Il sera épaulé par un nouveau vice-président, Christophe Thiry (Carrefour Market). Marc Lacroix (Visé TV & Visez Local) a souhaité se recentrer sur ses activités. Le comité le remercie pour son aide et lui souhaite le meilleur. Bruno Piret (Agathe) fait son entrée au comité.

    Le comité est donc actuellement composé des membres suivants : Benoît Tilkin (Ben’s, président), Christophe Thiry (Carrefour Market, vice-président), Christophe Slepsow (Alain Afflelou, secrétaire), Sébastien Broens (Bunny & Clide, trésorier), Emilie Henry (Emilie H, réseaux sociaux), Jean-Claude Maag (Maag vins), Andy Gamberale (Le 1930), Michel Pezzin (Start People), Ghislaine Mullenders (Ô & Formes), Bruno Piret (Agathe) et Guy Jolly (Ville de Visé).

    MARC GÉRARDY dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 30 juillet 2020

  • Des cartes remplies à déposer à l’entrée des restos

    Pour le tracing demandé par le conseil national de sécurité, la Ville de Visé propose aux clients de l’Horeca des cartes de visite à remplir et à déposer à l’entrée des restaurants.

    La Ville de Visé vient de prendre une initiative pour soutenir l’Horeca visétois en cette période très difficile de pandémie. Les dernières mesures prises par le conseil national de sécurité sont en effet plus strictes qu’auparavant et le secteur qui sortait quelque peu la tête hors de l’eau s’apprête à souffrir à nouveau.

    Le collège visétois a donc fait imprimer, à Visé, 30.000 cartes de visite à destination du grand public pour permettre le tracing tant demandé par les autorités fédérales. Ces cartes de visite sont disponibles gratuitement depuis ce mercredi 29 juillet à la Maison du Tourisme, décentralisée cet été sur la place Reine Astrid, ainsi qu’à l’hôtel de ville de Visé.

    Philippe Budin, graphiste indépendant, est le concepteur de l’idée de cette carte de visite qui est donc lancée en Capture d’écran 2020-07-30 à 07.51.49.png
    collaboration avec le commerce visétois et l’ADL, l’agence de développement local, qui prennent en charge les frais de cette opération.

    Pratiquement, le public peut se rendre à la Maison du Tourisme ou à l’hôtel de ville pour retirer ces cartes, qu’il pourra remplir avec ses coordonnées (nom, prénom, gsm ou mail et pays d’origine), la date et l’heure de sa visite et qu’il pourra déposer à l’entrée des restaurants et des cafés dans lesquels il se rendra. En complétant ces cartes, le public accepte le traitement des données décrit dans l’article 6 du RGPD (règlement général de protection des données) et l’arrêté ministériel.

    « Ce sera ainsi un gain de temps pour le public qui évitera de devoir faire la file en déposant sa carte de visite remplie dans une urne à l’entrée du restaurant ou du café. Un gain de temps aussi pour les serveurs qui ne devront pas remplir eux-mêmes les coordonnées des clients ni perdre du temps dans la désinfection perpétuelle des bics utilisés », précise-ton à la Ville de Visé.

    Et ce jeudi matin, les représentants de la Ville, de la police et du commerce visétois effectuent le tour de l’Horeca pour rappeler les nouvelles règles en vigueur. « Comme nous l’avions déjà fait en juin dernier lors de la réouverture après trois mois de confinement », rappelle-t-on à la Ville de Visé. 

    MARC GÉRARDY dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 30 juillet 2020