Commerce

  • Les sociétés centenaires Peuvrate et Courtois s’associent pour devenir Vis&Bois

    À Visé, la quincaillerie Peuvrate, c’est une institution. « C’est le spécialiste en outillage de qualité depuis 1920. Nous sommes installés route de Dalhem à Visé et nous sommes membres du groupe HandyHome », précise René Melen, le patron.

    « J’ai 74 ans et j’ai décidé d’arrêter mes activités après 40 ans. Je cède le relais à ma fille, Isabelle. Nous employons quatre personnes, cinq avec moi », reprend-il.

    « Nous avions prévu des animations pour notre centenaire en 2020, comme par exemple des journées portes ouvertes, mais nous n’avons pas pu les organiser en raison du coronavirus. Nous avons déjà eu la chance de pouvoir rester ouverts », ajoute René Melen.

    D’un autre côté, il y a la société Courtois et Fils, spécialiste en bois pour la construction et la rénovation ainsi que pour tous les matériaux de couverture, installée depuis toujours avenue des Martyrs à Fléron. Depuis cent ans très exactement, comme la quincaillerie Peuvrate.

    NOUVEAU BÂTIMENT

    Les deux sociétés fusionnent et ont décidé de construire un nouveau bâtiment dans le zoning de Visé-Nord, route de Maestricht, 90, sur une superficie de 15.000 m 2 avec des places de parking.

    D'un article de MARC GÉRARDY à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 31 décembre 2020

  • "Pâtisserie, chocolat, etc...", le livre de Didier Smeets!

    Didier Smeets chocolatier/pâtissier, installé aujourd’hui sur le plateau de Herve du côté de Berneau a lui aussi sorti son livre de recettes intitulé « Pâtisserie, chocolat etc… ». Ce livre comprend une trentaine de recettes gourmandes accessibles à tous, des trucs et autres astuces de chefs mais il revient dans la foulée sur le parcours de ce jeune chocolatier bourré d’idées et de talents!

  • Pays-Bas: un nouveau confinement de cinq semaines dès ce mardi

    Capture d’écran 2020-12-15 à 08.06.45.pngLundi soir, lors d’une allocution télévisée depuis le siège du gouvernement, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a annoncé un confinement de cinq semaines dans le pays. Entre dimanche matin et lundi matin, 8.496 nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés aux Pays-Bas, un total considérablement plus élevé que celui des autres lundis. Le nombre de décès confirmés a augmenté de 35 au cours des dernières 24 heures. Concrètement, tous les magasins non essentiels seront fermés, ainsi que les salles de sport, les musées, les cinémas, les lieux de spectacle, les zoos et tous les lieux accessibles au public. Ne sont pas concernés les supermarchés, les magasins d’alimentation et les pharmacies.

    Cafés et restaurants demeurent portes closes. Les hôtels peuvent rester ouverts, mais la nourriture et les boissons ne peuvent plus être servies. L’enseignement à distance devient la norme, depuis le primaire jusqu’à l’université.

    Les familles ne peuvent pas recevoir plus de deux personnes par jour à la maison, hormis les 2425 et 26 décembre. Ces jours-là, la norme sera de trois invités. Les Néerlandais ont la consigne de rester à domicile autant que possible et d’éviter les déplacements inutiles. Le télétravail est de règle sauf s’il n’y a pas d’autre option.

    JUSQU’AU 19 JANVIER

    Les nouvelles mesures entrent en vigueur dès ce mardi 15 décembre, à l’exception des écoles où la date a été fixée à mercredi pour des raisons pratiques. Ce nouveau confinement s’appliquera jusqu’au 19 janvier. « Dans la semaine précédant le 12 janvier, nous vous dirons à quoi cela ressemblera après » a indiqué le Premier ministre Rutte.

  • « Le panier des petits producteurs » a changé d’appellation !

    Soucieux d’augmenter la visibilité et la vente de produits locaux, trois amis, à savoir Laurent Pierre, François Brancatto et Simon Collard, avaient créé une ASBL à ce nom en partenariat avec leur commune. Cet intermédiaire entre les producteurs et les clients marche du tonnerre en Basse-Meuse, surtout en cette période de crise sanitaire. Mais il a été victime, à son insu, d’une véritable guerre du copyright.

    Concrètement, « les petits producteurs », à savoir une coopérative liégeoise de magasins d’alimentation locale et/ou bio qui construit un modèle agricole durable et solidaire, en vendant les produits de petits producteurs en circuit court et aux prix justes, n’ont pas apprécié se voir « piquer leur nom » d’après certains de leurs membres. Il faut dire que ces derniers ont ouvert dernièrement un magasin rue Haute à Visé.

    UNE LETTRE D’AVOCATCapture d’écran 2020-12-03 à 10.24.33.png

    Ils craignaient donc une éventuelle confusion dans l’esprit de chaque Bassi-Mosan. Et ce, car outre leur nom respectif, leurs objectifs sont assez similaires. Ainsi, « les petits producteurs » liégeois sont passés à l’offensive. Et c’est une lettre d’avocat, envoyée à l’ASBL La Mortrousienne, qui a mis fin au quiproquo.

    En effet, la demande de changement de dénomination a été validée par une décision de justice !

    « Le panier des petits producteurs » est donc soudainement devenu « le panier des producteurs passionnés ». Après s’être signalée lors de sa création afin d’éviter tout souci, la coopérative dalhemoise a ainsi été contrainte de quelque peu modifier son nom. Tout ça pour ça au final… Toutefois, le principal, c’est que ces nobles causes perdurent ! -

    YANNICK GOEBBELS dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 3 décembre 2020

  • Voisins belges, faites votre shopping de fête chez vous !

    Le président du conseil de sécurité néerlandais, Hubert Bruls, a dit dimanche s’attendre à une forte affluence dans Capture d’écran 2020-11-30 à 07.59.13.pngles villes du sud des Pays-Bas à l’approche de la Saint-Nicolas et des fêtes de fin d’année, et appelé à « faire quelque chose » pour réduire l’afflux des excursionnistes… belges.

    « Dans les villes du sud comme Eindhoven, Breda en Maastricht, nous constatons la présence de nombreux visiteurs belges. Nous ne pouvons pas tolérer cela. Ils viennent aux Pays-Bas pour faire leurs courses parce que les magasins non essentiels sont fermés en Belgique », a déclaré M. Bruls, également bourgmestre de Nimègue, à la chaîne de télévision NOS.

    FERMER LA FRONTIÈRE ?

    De nombreuses voitures immatriculées chez nous étaient également visibles ce week-end à Rotterdam. « En tant que bourgmestres, nous ne pouvons pas y faire grand-chose. C’est une question pour le gouvernement et pour les deux États », a ajouté M. Bruls. « Mais des accords doivent certainement être conclus à ce sujet », a-t-il poursuivi. Les Belges ne sont toutefois pas le seul problème, a-t-il souligné, évoquant la possibilité de fermer les commerces de détail si la population ne se montre pas plus prudente.

    Les préoccupations de M. Bruls sont loin d’être sans fondement : les Pays-Bas ont enregistré 5.609 nouvelles contaminations au coronavirus au cours des dernières 24 h soit 1.110 de plus que la veille…