Commerce

  • Attention : de faux billets circulent à Visé

    Des « movie money » sont utilisés pour payer de petits achats dans les commerces de la Cité de l’Oie.

    C'est l'association le Commerce visétois qui a attiré l'attention de ses clients. Après le Hainaut, Huy-Waremme ou encore Liège, de faux billets destinés normalement au cinéma viennent d'être utilisés à Visé. Un phénomène qui prend de l'ampleur dans notre pays.

    De faux billets de 10 € se répandent en Belgique. Les escrocs utilisent ce qu’on appelle de la « movie money », des faux billets utilisés dans les films qui, forcément, ressembler aux vrais. On a recensé des cas à Seraing, dans le Hainaut, le Luxembourg et à HuyWaremme.

    Ces billets de cinéma, que l’on se procure pour quelques cents sur internet, sont pourtant différents des vrais. Mais les escrocs ne manquent pas d’imagination pour les écouler. Ils les glissent au milieu de vrais billets, profitent des heures d’affluence dans les commerces ou les présentent dans les soirées où la lumière n’est pas forcément optimale.

    Entre le 1 er janvier 2019 et le 23 janvier 2020, 3.460 billets en « movie money », de quasi toutes les valeurs ont été récupérés par la police fédérale. Dans tous les cas, il faut porter plainte.

    Comment distinguer les faux billets ?

    Pour reconnaître les vrais billets des faux, vous devez être attentifs à plusieurs points de reconnaissance.

    87580186_2823657444393007_3987873440664125440_o.jpg

    Outre la taille et la texture du papier qui ne seront pas les mêmes, une mention « Copy » pourrait se trouver sur le faux billet et le filigrane ne sera pas de qualité. Dans le coin supérieur gauche, en-dessous du drapeau européen, les faux billets porteront la mention « Movie money » à la place de la signature de Mario Draghi. Dans la marge, le faux billet portera également la mention « This is not legal. It's to be used for motion props ».

    Autre signe qui doit attirer l'attention de tout un chacun, le mot « EYPΩ » (EURO en grec) sera remplacé par « PRΩP » qui signifie « accessoire ».

    Enfin, bien souvent, la numérotation des faux billets sera bien la même. 

    D'un article d'AURÉLIE DRION dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 28 février 2020 (avec l'aide du blog de P.Neufcour)

  • 10e bourse auto à l'institut Saint-Joseph à Visé

    Dimanche, de 8 à 13h, les collectionneurs de la BasseMeuse vous proposent leur 10e bourse consacrée aux vieux Capture d’écran 2020-02-22 à 08.13.00.pngpapiers de voitures et de motos. L’occasion d’y découvrir tout ce qui touche à l'automobile et à la moto ancienne : catalogues, affiches, manuels, photos, revues, documents anciens, etc. A voir à l’Institut Saint-Joseph, rue de la Croix Rouge à Visé. Plus d’infos au 0498/21.02.56.

  • «Un prix symbolique»

    Didier Smeets, jeune trentenaire originaire de Fourons, est passé maître dans l’art du chocolat depuis plusieurs années. En 2018, c’est d’ailleurs le célèbre guide Gault&Millau qui le récompense.

    Le chocolatier a créé sa propre chocolaterie à Berneau. Il a déjà reçu plusieurs prix au Salon du Chocolat à Bruxelles dont un Award doré.

    C’est heureux qu’il monte sur la scène pour recevoir son prix, et s’empresse de commenter. « Vous imaginez bien, pour un Fouronais, recevoir un prix liégeois, c’est très symbolique! », lance-t-il. Avant d’annoncer : « C’est une histoire qui a sept ans, et on a encore beaucoup de projets pour l’avenir ».

  • Didier Smeets loin devant

    La cérémonie des Étoiles liégeoises de l’année s’est tenue ce jeudi 20 février, au stade du Standard à Sclessin. L’occasion de mettre à l’honneur ceux et celles qui ont marqué l’année 2019. Les votes sont arrivés en masse à la rédaction de Liège, et ont finalement départagé les vainqueurs des cinq catégories : start-up, gastronomie, jeunes sportifs.ves, jeunes politiques et citoyenneté. Parmi les gagnants, l’équipe de journalistes a remis le grand-prix aux infirmières de rue.

    Le chocolatier fouronais, Didier Smeets, a, quant à lui, laissé peu de chance aux trois autres concurrents. L’artisan du chocolat a su mobiliser toute sa communauté pour s’assurer une (très) confortable première place. « C’est un peu une consécration, l’ensemble de la Basse-Meuse a été mobilisé », commente Gaspard Grosjean, chef d’édition, au moment de remettre le prix. Et Didier Smeets d’enchaîner, un sourire jusqu’aux oreilles : « J’ai la chance qu’on me suive dans mes projets… et mes folies ! ».

  • La parfumerie de la Fouronnaise triple sa surface

    Après un siècle passé place de Rome à Malmedy, la Parfumerie droguerie de Rome a déménagé pour agrandir sa surface commerciale. Dorénavant installée rue Devant les Religieuses, elle offre à ses clients deux zones bien Capture d’écran 2019-12-27 à 08.05.47.pngdistinctes. Une où l’on retrouve tout ce qui est parfum et cosmétiques et une autre où l’on retrouve tout ce qui est droguerie et herboristerie. Grâce à ce déménagement, la gérante, Nicole Herens est passée d’un petit commerce de 35m 2 à un magasin de 100m2 .

    « Le déménagement nous a permis de gagner en superficie et surtout, d’avoir de plus grandes vitrines ce qui augmente notre visibilité. Ensuite, les marchandises sont mieux exposées et mieux mises en avant. Nous sommes enfin en mesure de travailler en deux zones. Auparavant, tous les produits étaient mis dans une seule petite surface avec un seul petit comptoir. C’était moins ergonomique et moins avantageux pour faire connaître les produits », explique la gérante qui a repris le commerce depuis une petite dizaine d’années. 

    O.G. dans LA MEUSE VERVIERS du 27 décembre 2019.

     

    Lire la suite