Dans les environs

  • Les milliers de chineurs devront faire une croix dessus.

    Depuis 1977, tous les 15 août, la porte de Lorette accueille une méga brocante. De quelques exposants à ses Capture d’écran 2020-07-09 à 11.27.42.pngdébuts, cette organisation a pris de l’ampleur pour accueillir, d’édition en édition, entre 140 et 150 exposants, auxquels il faut ajouter les riverains du bas de la rue. Sur plus d’un kilomètre, du rond-point jusqu’au cimetière, les chineurs sont des milliers à venir chercher la bonne affaire. « Au début, c’était surtout les enfants qui venaient s’installer, parfois dès la veille au soir, pour vendre diverses choses, nous explique-ton à la Ville. « Puis il y a eu l’affaire Dutroux et les parents n’ont plus laissé leurs enfants faire ça. La brocante a donc pris un autre tournant et de l’ampleur. Chaque année, ce sont des milliers de personnes qui viennent la visiter. En plus, comme il s’agit d’un jour férié, qu’il y avait une procession la veille, ou que les gens en profitent pour venir rendre visite à leur famille, ça draine vraiment énormément de monde. » Organisée sans interruption durant 42 ans, il faudra malheureusement faire l’impasse sur cette édition 2020.

    La Ville, organisatrice de la brocante, a en effet décidé qu’elle n’aurait pas lieu. Et la raison est évidemment la pandémie de Covid-19. « C’est une décision que nous avons prise voici plusieurs semaines, explique Viviane Dessart, bourgmestre de Visé. « Comme l’a fait Oupeye en mai, nous avons décidé que les différentes fêtes de quartier n’auraient pas lieu cette année. Une décision prise en concertation avec les différents comités. Certaines des fêtes qui devaient avoir lieu au printemps ont dû être annulées à la suite des mesures prises par le conseil national de sécurité. Par solidarité, l’ensemble des comités ont donc décidé de faire l’impasse sur leurs manifestations pour cet été. Mais dans le même temps, nous ne nous imaginions pas maintenir l’organisation de la brocante alors que les comités faisaient ce geste. De plus, d’un point de vue sanitaire, ça aurait été compliqué de maintenir la brocante. Par solidarité et par mesure de précaution, on a donc préféré annuler la brocante. » Les brocanteurs qui s’étaient déjà manifestés pour cette année auront la priorité pour réserver leur emplacement en 2021. 

    AURÉLIE DRION dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 9 juillet 2020

  • Le Sacré-cœur va aussi être agrandi d’un bâtiment

    Le pouvoir organisateur du collège Saint-Hadelin gère également deux autres établissements secondaires visétois : l’institut du Sacré-Cœur et l’institut Saint-Joseph. Au total, ces trois établissements scolaires accueillent plus de Capture d’écran 2020-07-08 à 08.15.13.png2.400 élèves. Et parmi ces trois écoles, une autre va elle aussi connaître des travaux d’agrandissement. Il s’agit de l’institut du Sacré-Cœur qui voit également sa population scolaire grandir chaque année avec, pour conséquence, un besoin criant de nouvelles classes. Raison pour laquelle une nouvelle aile va être construite. Celle-ci sera érigée à l’angle de l’avenue Albert 1 er et de la rue du Gollet, en face du bâtiment principal. « Nous avons là un terrain qui accueille une cour d’une de nos annexes et partiellement un parking. On va y construire un bâtiment qui s’élèvera aussi sur 4 niveaux. Il y aura un parking sur deux niveaux, avec une zone de dépose minute et puis, deux niveaux de classes et de laboratoires de sciences à destination des élèves de technique de transition. Une partie de la cour sera maintenue. C’est vrai que les élèves seront amenés à traverser la rue pour se rendre d’un bâtiment à l’autre, mais c’est le seul terrain dont nous disposions encore. » Les travaux devraient démarrer fin 2021 ou début 2022 pour s’achever un an plus tard.

    AURÉLIE DRION dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 8 juillet 2020

  • La nouvelle aile permettra d’accueillir 200 élèves

    Fondé en 1881, le collège Saint-Hadelin jouit d’une excellente réputation en Basse-Meuse. Implanté en plein centre de Visé, 1.150 élèves fréquentent cet établissement secondaire. Et la prochaine rentrée s’annonce une fois de plus très bonne puisqu’on frôlera les 10 % d’augmentation. Mais ce succès engendre aussi quelques problèmes logistiques. Si une petite extension a été réalisée voici une dizaine d’années, pour accueillir les primaires et une partie des premières secondaires, le collège Saint-Hadelin n’a plus connu de projet d’agrandissement d’envergure depuis plus de 60 ans. Ce qui, aujourd’hui, se fait ressentir puisque le collège manque de plus en plus de place.Capture d’écran 2020-07-08 à 08.10.56.png

    « On est vraiment très juste au niveau place et l’an prochain, on va devoir se serrer », confirme Michel Grosjean, directeur adjoint du collège. Mais fort heureusement, cette situation ne devrait plus durer très longtemps. Les travaux de construction d’une nouvelle aile devraient démarrer à la fin de cette année. « À l’arrière de la cour, nous avons un terrain vague qui a accueilli une piscine à ciel ouvert, remblayée au début des années 80. C’est à cet endroit que nous allons construire cette nouvelle aile. Celle-ci comportera quatre niveaux. En sous-sol par rapport à la cour et sur deux niveaux, il y aura le nouvel hall omnisports qui accueillera une salle pour les sports de ballon ainsi que des vestiaires et des douches. Au rez-de-chaussée, il y aura cinq nouvelles classes et à l’étage, on va aménager quatre nouveaux laboratoires ainsi qu’un local pour les préparations. Ceux-ci remplaceront ainsi nos anciens labos qui étaient dépassés. » Ces anciens laboratoires, au nombre de six et complétés par deux locaux de préparation, seront réaménagés. Certains accueilleront des classes pour les professeurs de sciences et d’autres des locaux informatiques. « Ce qui va nous permettre de regrouper tous nos locaux informatiques jusqu’ici éparpillés dans le bâtiment central. »

    Lire la suite

  • Le Tunnel inauguré au son de la musique Bandas !

    Un air de Bandas à Dalhem ! Non, il ne s’agit pas de l’événement annuel, estival et musical, ce dernier ayant été annulé à cause des règles sanitaires en vigueur. Si le Delirium Tremens Band a animé le début de journée des Dalhemois ce samedi, c’est pour un événement majeur en Province de Liège : l’inauguration de la réhabilitation du Tunnel et du pont du Trimbleu.
    Ces festivités auraient dû être organisées le 28 mars dernier. Mais c’était sans compter sur le coronavirus… Le tunnel de l’ancienne ligne de chemin de fer vicinal ayant retrouvé une deuxième jeunesse et des rassemblements mineurs pouvant enfin avoir lieu, la date du 1 er samedi de juillet avait été choisie par les élus communaux.
    Mais attention, ce rendez-vous était accessible uniquement sur réservation. 200 personnes avaient ainsi répondu à l’appel. La distanciation sociale était de rigueur alors qu’un masque était offert à l’entrée. Du gel hydroalcoolique pouvait également être utilisé gratuitement.
    Plusieurs discours ont animé la première partie de l’événement. Arnaud Dewez, bourgmestre de Dalhem, a tout d’abord effectué un bref historique, avouant que cette réhabilitation avait été digne d’une série à suspense. Il est vrai que les prémices de cette restauration datent de 2009…
    Daniela Crema-Wagmans, échevine notamment de la culture et du patrimoine, est ensuite revenue sur les tristes événements du 5 octobre 1991, jour où 7 personnes ont perdu la vie lors d’un violent accident de train à Dalhem. Après cette partie protocolaire, tout le monde a pu traverser le tunnel, long de 144 mètres, et une cérémonie commémorative, près d’une stèle en mémoire des défunts, a eu lieu de l’autre côté de l’eau.
    En guise de conclusion, on précisera que, grâce à cette importante restauration, le site dalhemois retrouve une vocation touristique et assure le lien entre Val Dieu, Mortroux et Blegny. Le chaînon manquant est donc à présent comblé !
    YANNICK GOEBBELS dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 6 juillet 2020

  • Fermeture prolongée du pont de Lanaye

    Le pont de Lanaye qui surplombe le Canal Albert est fermé depuis le 17 juin dernier et devait être rouvert ce mercredi. Mais suite à un problème technique, la fermeture du pont est prolongée d’une semaine jusqu’au 8 juillet prochain. La circulation des véhicules est totalement interdite, ce qui oblige les automobilistes à suivre une déviation et un détour d’une dizaine de kilomètres ! À Emael, il faut se diriger vers Eben puis emprunter la côte d’Hallembaye pour se rendre à Haccourt et se retrouver près du pont.

    Pour rappel, des travaux de réparation du tablier du pont sont en cours avec également la réparation d’un hauban. Un passage alterné de la circulation est organisé depuis le 10 juin dernier par des feux tricolores sur l’espace compris entre le carrefour formé par la rue Quai de Caster et le début de la rue du Garage. C’est encore le cas ce mardi 16 juin.

     

    Lire la suite