Economie

  • Une bonne raison pour les respecter

    22 % des touristes à la Côte belge viennent de Wallonie ou de Bruxelles.

    Westtoer, l’office du tourisme de la mer du Nord vient de présenter les grandes lignes de la saison estivale, de La Panne à Knokke, soit sur les 67 km de notre Côte belge. Et à la demande du public, tout est concentré sur les activités en et au bord de mer.

    Une page de MURIEL SPARMONT à lire dans LA MEUSE du 28 février 2019.

    "Westtoer" devrait peut-être s'adresser aussi aux responsables politiques de la "Vlaamse Kust" pour un peu mieux mériter ces 550 millions d’euros dépensés par les Francophones qui fréquentent la côte.

     

  • Le duty free de Liege Airport ferme ses portes

    Si vous prenez l’avion jusqu’au 31 mars prochain à Liege Airport, vous passerez encore dans l’espace duty free. Mais vous n’y trouverez plus que des rayons quasi vides, larges promotions à l’appui. « Oui, ils bradent les prix pour liquider leurs derniers produits, mais la société qui l’exploitait a décidé d’arrêter fin du mois prochain », confirme Christian Delcourt, le porte-parole de Liege Airport. La raison principale qui a poussé Baltona (la société polonaise exploitante qui gère également huit autres duty free en Europe) à mettre la clé sous le paillasson est bien sûr la fin des vols charters chinois. « En 2016, il y a eu durant quelques mois six vols charters chinois par semaine. Et là, ils ont bien gagné leur vie », reprend Christian Delcourt.

    Et il est vrai qu’à l’époque, les 350 passagers chinois quotidiens effectuaient une véritable razzia dans le magasin. Comme ils étaient venus en Europe essentiellement pour effectuer des achats, une fois revenus de leur périple à l’aéroport, ils avaient le droit de dédouaner leurs achats et ils se retrouvaient souvent avec des centaines d’euros qu’ils voulaient dépenser avant de repartir.

    Tout y passait alors : alcool, cigarette, parfums, chocolat… Et bien d’autres choses encore.

    FAILLITE DU TRANSPORTEUR

    Mais en septembre dernier, le transporteur russe auquel la compagnie charter chinoise faisait confiance (VIM Airlines) faisait faillite, laissant sur le carreau liégeois 300 touristes chinois qu’il avait fallu rapatrier. Depuis lors, l’aéroport liégeois n’a plus eu de contact précis.

    « Actuellement, il n’est pas prévu, ni à court ni à moyen terme, de retour des vols charters chinois à Liège, reprend José Happart, le vice-président de l’aéroport. Certains aéroports voisins ont joué la surenchère pour les attirer. Et nous, notre politique n’est pas d’utiliser l’argent que nous avons gagné avec le fret pour le dépenser pour les vols passagers. » L’an dernier, le nombre de passagers est retombé à 170.000. Actuellement, il ne reste plus qu’une quinzaine de vols à destination du pourtour méditerranéen exploité par la compagnie TUI. « Et ce n’est pas ce public familial, qui quitte Liège pour aller en vacances, qui peut suffire à la rentabilité du duty free, reprend Christian Delcourt. C’est plutôt au retour qu’on achète des produits détaxés. » Mais c’est un service de moins aux passagers. 

    LUC GOCHEL dans LA MEUSE du 22 février 2019.

  • Retour des bulles TERRE pour la collecte de vieux vêtements

    A la suite de la décision du conseil communal des Fourons du 25 janvier 2018 votée par 8 membres de la majorité flamande, l'a.s.b.l. TERRE a dû retirer ses bulles qui étaient placées sur le domaine public.

    Aucun règlement n'interdit cependant la collecte de vieux vêtements dans des bulles placées sur des terrains privés.

    Des bulles ont été replacées hier à différents endroits. Il semble en effet important de poursuivre la collaboration avec l'a.s.b.l. TERRE dont le siège se situe à Herstal, alors que la majorité communale privilégie la collecte des vieux vêtements par une société basée à plus de 130 km.

    Faire confiance à Terre asbl pour la collecte de textile, c'est opter pour:

    L'emploi local

    La collecte, le tri et la vente de vêtements fournissent un emploi stable à 200 personnes en Wallonie et principalement en Basse-Meuse.

    L'insertion

    La récupération de vêtements offre une insertion sociale à des personnes éloignées des circuits traditionnels de l'emploi.

    La solidarité

    Les résultats de Terre asbl sont réinvestis dans des projets de développement durable ici et dans les pays du Sud.

    L'environnement

    La collecte sélective de textile donne une seconde vie aux vêtements et réduit le volume de déchets (à condition de ne pas faire des centaines de kilomètres pour les transporter à Boechout).

     Les bulles TERRE se trouvent maintenant aux emplacements suivants:

    • devant la salle LES AMIS REUNIS à Mouland
    • sur le parking de la salle FURONIS à Fouron-le-Comte
    • sur le parking du Centre sportif et culturel à Fouron-Saint-Martin
    • rue du Village 34 à Rémersdael

    Capture d’écran 2018-04-14 à 11.21.51.png

     

  • Une guerre des chiffons

    Nous apprenons par l’échevin José Smeets que les Fourons pourraient bientôt être le théâtre d’une guerre d’un nouveau genre.

    « Terre » et « Missiehulp » ramassent chacune et chaque année environ 18 tonnes de vieux vêtements aux Fourons. « Terre » a 4 conteneurs (Mouland, Fouron-le-Comte, Fouron-Saint-Martin et Rémersdael), alors que « Missiehulp » atteint le même tonnage avec 10 conteneurs.

    Remarquons que les inscriptions sur les conteneurs de « Terre » sont bilingues, alors que celles de « Missiehulp » sont exclusivement rédigées en néerlandais. 

    De plus, l’association de Herstal s’implique aux Fourons depuis des lustres et certains de ses travailleurs y sont même domiciliés.

    Au moment où on prône de partout le circuit court, José Smeets s’est opposé, en réunion du collège des bourgmestre et échevins, à un projet de décision visant à mettre fin à la collaboration avec « Terre » et à ne plus autoriser que l’association anversoise pour collecter les vieux vêtements aux Fourons.

    Le conseil communal devra bientôt prendre une décision à ce sujet.

  • Victor Ernst candidat verviétois de l'année

    Dans la catégorie ECONOMIE, vous pouvez voter pour un ancien rémersdaelois.

    Capture d’écran 2018-01-15 à 10.53.56.pngC’est en novembre que les premières Peak Beer ont pu être dégustées par les amateurs de bière. Elles sont confectionnées à partir d’ingrédients 100% naturels, dans une toute nouvelle brasserie installée à Botrange, le point culminant du pays.

    Lire la suite