Fouron-Saint-Pierre

  • Le blues du dernier éleveur de lapins de Wallonie

    La photo a été prise à Fouron-Saint-Pierre.

    Depuis des années, Christian Teller élève des lapins. Une passion que l’Aubelois a depuis qu’il est tout jeune et qui est devenue sa profession : il en vend 200.000 par an à la grande distribution. Or, cette passion devient de plus en plus difficile à exercer en Belgique. Christian Teller, le dernier éleveur de lapins de Wallonie, pointe plusieurs facteurs à cela : la concurrence déloyale des lapins étrangers qui inondent le marché et l’augmentation des coûts de production chez nous.

    Une page d'ADRIEN RENKIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 6 avril 2019.

  • 5ème édition du Trail du Hérisson ce dimanche 7 avril 2019

    Le Centre sportif et culturel des Fourons donne rendez-vous aux traileurs, ce dimanche 7 avril, pourCapture d’écran 2019-04-03 à 12.16.07.png partir à la découverte des Fourons. 4 distances seront proposées 5, 10 et 23 km pour les débutants, intermédiaires et motivés, mais aussi une épreuve, pour coureurs plus expérimentés (les experts), de 35 km.

    Pour les amateurs non avertis rappelons que le trail est un sport de course à pied, sur moyenne et longue distances, en milieu naturel, et plus typiquement sur des chemins de terre en plaine et en forêt sans négliger les crêtes et les collines qui apportent du dénivelé et donc de la difficulté.

    Ce trail est né de l’envie de faire découvrir la superbe région paisible et boisée de la vallée des Fourons, debeaux endroits et des paysages actuellement en fleurs typiques du pays de Herve.Notre parcours vous emmènera dans le parc de la Commanderie (château) de Fouron-Saint-Pierre, pour sillonner les sentiers des bois dont le bois du Roy, le bois d’Als, le bois des Dames, le bois de la Kys, le Bois Rouge et le bois de Fouron-Saint-Martin. Une promenade vallonnée non dénuée de belles côtes et de passages ludiques…

    Lire la suite

  • Acquittement plaidé pour Jean-Marie Happart

    Jeudi, quatre prévenus, dont le député provincial André Denis (MR) et l’ancien vice-président du Sénat Jean-Marie Happart (PS), comparaissaient devant le tribunal correctionnel pour des suspicions de faux et d’infractions à la loi sur les marchés publics dans le cadre de la rénovation du circuit de Spa-Francorchamps. Le parquet a réclamé des… suspensions du prononcé. La défense a plaidé pour des acquittements.

     

    Pour Me Masset, l’avocat de JeanMarie Happart, le dossier est limpide. « Toutes les décisions prises l’ont été, à l’unanimité, par le conseil d’administration, qui compte 14 membres, et puis par les quatre ou cinq membres du bureau exécutif. Dans ce dossier, M. Happart n’a pas plus de responsabilité que les 13 autres qui, eux aussi, ont siégé et décidé. Pourquoi le parquet cite-t-il le président et le vice-président et pas les autres ? C’est quelque peu discriminatoire. Dès lors, il aurait été plus évident de poursuivre l’intercommunale en sa qualité de personne morale plutôt que quelques personnes physiques. » Et l’avocat Masset de poursuivre : « On nous dit, aujourd’hui à l’audience, que l’intercommunale a toujours privilégié un entrepreneur (NDLR : Bodarwé) au détriment des autres. On ajoute que ces pratiques perdurent encore aujourd’hui. Or, si je ne me trompe pas, mon client n’est plus à l’œuvre dans cette intercommunale. Cela montre bien que les décisions sont collégiales. » Les avocats des prévenus ont tous sollicité l’acquittement.

    D'un article d'ARNAUD BISSCHOP dans LA MEUSE VERVIERS du 22 mars 2019.

  • Jean-Marie Happart et André Denis devant la justice

    Quatre prévenus, dont le député provincial MR André Denis et l’ancien président du Sénat JeanMarie Happart (PS), ont comparu ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Liège.

    Ils doivent répondre de préventions de faux, de non-respect des procédures en matière de marchés publics et d’infraction Capture d’écran 2019-03-15 à 08.28.03.pngenvironnementale. Ces faits auraient débuté en 2006 dans le cadre de la rénovation du circuit de SpaFrancorchamps pour le retour de la F1 en 2007.

    Bernie Ecclestone avait exigé lors d’une discussion avec la Région wallonne que d’importants travaux soient effectués sur le site du circuit de Francorchamps dans le cadre du retour de la F1 en 2007. Il avait notamment exigé la construction de nouveaux stands, des rectifications au niveau de la piste, l’aménagement de zones de dégagements et la réalisation d’une zone de départ en ligne droite, ce qui avait aussi impliqué la création d’une nouvelle chicane avant le passage de la ligne d’arrivée.

    Dans le cadre de la réalisation de ces travaux, le gouvernement wallon avait passé trois marchés publics de service mais certaines sociétés se seraient senties écartées tandis que les procédures en matière de marchés publics n’auraient pas été respectées lors de travaux complémentaires. Une infraction environnementale aurait été commise lors d’un remblai de 40.000 mètres cubes lors de la construction d’un hôtel au virage de « la source ». Jean-Marie Happart, alors président de l’intercommunale du Circuit, l’actuel député provincial et ex-maïeur de Malmedy André Denis (toujours vice-président de l’intercommunale), le directeur technique du circuit Pierre AbadPerrick et l’ingénieur de la Région wallonne Jean Lejeune répondent des préventions liées à ce dossier mais ont contesté les faits lors de l’instruction d’audience. Le réquisitoire et les plaidoiries auront lieu le 21 mars.

  • Le duty free de Liege Airport ferme ses portes

    Si vous prenez l’avion jusqu’au 31 mars prochain à Liege Airport, vous passerez encore dans l’espace duty free. Mais vous n’y trouverez plus que des rayons quasi vides, larges promotions à l’appui. « Oui, ils bradent les prix pour liquider leurs derniers produits, mais la société qui l’exploitait a décidé d’arrêter fin du mois prochain », confirme Christian Delcourt, le porte-parole de Liege Airport. La raison principale qui a poussé Baltona (la société polonaise exploitante qui gère également huit autres duty free en Europe) à mettre la clé sous le paillasson est bien sûr la fin des vols charters chinois. « En 2016, il y a eu durant quelques mois six vols charters chinois par semaine. Et là, ils ont bien gagné leur vie », reprend Christian Delcourt.

    Et il est vrai qu’à l’époque, les 350 passagers chinois quotidiens effectuaient une véritable razzia dans le magasin. Comme ils étaient venus en Europe essentiellement pour effectuer des achats, une fois revenus de leur périple à l’aéroport, ils avaient le droit de dédouaner leurs achats et ils se retrouvaient souvent avec des centaines d’euros qu’ils voulaient dépenser avant de repartir.

    Tout y passait alors : alcool, cigarette, parfums, chocolat… Et bien d’autres choses encore.

    FAILLITE DU TRANSPORTEUR

    Mais en septembre dernier, le transporteur russe auquel la compagnie charter chinoise faisait confiance (VIM Airlines) faisait faillite, laissant sur le carreau liégeois 300 touristes chinois qu’il avait fallu rapatrier. Depuis lors, l’aéroport liégeois n’a plus eu de contact précis.

    « Actuellement, il n’est pas prévu, ni à court ni à moyen terme, de retour des vols charters chinois à Liège, reprend José Happart, le vice-président de l’aéroport. Certains aéroports voisins ont joué la surenchère pour les attirer. Et nous, notre politique n’est pas d’utiliser l’argent que nous avons gagné avec le fret pour le dépenser pour les vols passagers. » L’an dernier, le nombre de passagers est retombé à 170.000. Actuellement, il ne reste plus qu’une quinzaine de vols à destination du pourtour méditerranéen exploité par la compagnie TUI. « Et ce n’est pas ce public familial, qui quitte Liège pour aller en vacances, qui peut suffire à la rentabilité du duty free, reprend Christian Delcourt. C’est plutôt au retour qu’on achète des produits détaxés. » Mais c’est un service de moins aux passagers. 

    LUC GOCHEL dans LA MEUSE du 22 février 2019.