Loisirs

  • Un projet touristique de la Ferme de la Longue Vue

    La Ferme de la Longue Vue à Visé est une ferme familiale située au sommet de la rue de la Longue Vue. Une rue qui prend naissance au pied du viaduc du chemin de fer de Berneau.Capture d’écran 2020-09-07 à 08.12.00.png

    Et lorsque l’on arrive à la Ferme, on peut en effet contempler une superbe vue sur toute la vallée de la Meuse, sur l’écluse de Lanaye et même sur Maastricht.

    « Mon papa était agriculteur avec des vaches et des chevaux de trait. Nous avons repris la ferme en 2005 avec mon compagnon, Stéphane Straetmans, en créant une ASBL. En 2015, nous avons créé la société « La Ferme de la Longue Vue » avec une taverne pour la petite restauration et deux salles à louer. Une première salle de 170 m 2 avec un bar, une cuisine, une vaste terrasse, une plaine de jeux et un parking. Une seconde salle de 70 m 2 est utilisée pour des conférences ou parfois comme extension de la première salle, avec un parking dans la prairie. Des salles accessibles aux PMR avec traiteur libre », détaille Carine Michiels, propriétaire-gérante.

    PROJET TOURISTIQUE

    Carine et Stéphane ont décidé de poursuivre leur expansion et de lancer un projet touristique avec la construction de quatre cabanes pour le public.

    D'un article de MARC GÉRARDY à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 7 septembre 2020

    Lire la suite

  • 10e bourse auto à l'institut Saint-Joseph à Visé

    Dimanche, de 8 à 13h, les collectionneurs de la BasseMeuse vous proposent leur 10e bourse consacrée aux vieux Capture d’écran 2020-02-22 à 08.13.00.pngpapiers de voitures et de motos. L’occasion d’y découvrir tout ce qui touche à l'automobile et à la moto ancienne : catalogues, affiches, manuels, photos, revues, documents anciens, etc. A voir à l’Institut Saint-Joseph, rue de la Croix Rouge à Visé. Plus d’infos au 0498/21.02.56.

  • Un cycliste suisse bat un record du Guinness Book en arrivant aux Fourons

    Stéphane Cand, un cycliste suisse, a battu seul, samedi en début d’après-midi, un record du Guinness Book à Mouland, sur la commune de Fourons, après avoir traversé plusieurs communes verviétoises. Il a parcouru seize pays en six jours avec, au total, plus de 2.200 km et plus de 300 km par jour en dormant seulement trois à quatre heures. Il bat ainsi le record de quatorze pays en sept jours établi par le polonais Marek Dzienisiuk.

    Lire la suite

  • Les Castors invitent

  • Des cours de tango au château d’Altembrouck

    Capture d’écran 2019-07-27 à 07.35.31.pngDanse sensuelle par excellence, le tango est même inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco. Très populaire, peu de cours sont pourtant donnés en région liégeoise. Dans la BasseMeuse, il n’y en a pas et il faut courir jusqu’à Liège ou Maastricht si on veut s’adonner à cette danse. Mais dès septembre, il faudra se déplacer un peu moins loin puisque, tous les lundis, des cours seront donnés au château d’Altembrouck, à Fourons-le-Comte. Déborah Van Cauter et Lucas Malec en seront les professeurs. « J’ai 32 ans et j’ai découvert le tango à 15 ans, en allant à un bal avec ma maman, explique Déborah. Quand je suis rentrée dans ce lieu et que j’ai vu tout le monde s’étreindre, danser ensemble, je me suis dit que c’était un monde qui, je pensais, n’existait plus. Surtout quand je comparais avec les soirées auxquelles j’allais. Et je me suis dit que le tango, c’est ce qu’il me fallait. J’étais à un âge de la découverte des relations filles/garçons. Cette proximité avec le sexe opposé, qui est très cadrée, très respectueuse, ça m’a permis d’être en confiance. » De fil en aiguille, Déborah se perfectionne et, depuis quelques années, elle donne des cours de tango à Liège. « Et il y a quelque temps, je suis allée à un mariage au château d’Altembrouck. J’y ai dansé et, le lendemain, le gérant, qui m’avait repérée, m’a proposé d’organiser des cours au château. » Dans le même temps, Déborah rencontre Lucas Malec. Originaire d’Argentine, vivant à Amsterdam, il donne déjà des cours de tango à Bruxelles. « Et entre nous, ça a tout de suite matché dans nos danses. » Et c’est donc le duo qui va proposer ces cours de tango. « Il y aura une soirée de lancement le 9 septembre et puis, tous les lundis, nous donnerons des cours. » Il y aura trois sessions, données en français et anglais, allant des débutants aux plus confirmés. Le prix est fixé à 18 euros la leçon par personne. L’inscription en couple est requise pour le trimestre. Toutes les infos sur tangoconnectingpeople.com

    A.DR. dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 27 juillet 2019