Patrimoine

  • Collégiale de Visé : extinction automatique du feu envisagée

    La Collégiale Saint-Martin et Saint-Hadelin de Visé, qui se dresse à l’entrée de la Ville, est bien protégée.

    « Il y a des alarmes incendie et des alarmes antivols ainsi que des caméras de surveillance. Nous avons aussi une bonne assurance », précise Jean De Pauw, président de la Fabrique d’église.

    « Et suite à l’incendie de Notre Dame de Paris ce lundi, nous avons inscrit à l’ordre du jour de notre prochain conseil d’administration l’installation d’un système d’extinction automatique d’un incendie qu’il faudra budgétiser et pour lequel il faudra trouver un financement. Dans les années 90, des jeunes avaient mis le feu à des chaises derrière l’autel mais l’incendie avait été rapidement maîtrisé », indique Jean De Pauw.

    Pour rappel, la Collégiale de Visé, reconstruite en plusieurs phases, fut détruite à nouveau le 10 août 1914, incendiée par les Allemands lors de la première guerre mondiale. Seul le Chœur, datant de 1524 et classé, fut conservé et les vitraux de l’abside furent miraculeusement épargnés tandis que la châsse

    avait pu être sortie à temps. « La Collégiale abrite la châsse de Saint-Hadelin des 11e et 12e siècles, la première répertoriée dans la vallée de la Meuse. Il y a aussi le buste de Saint-Hadelin confectionné au 14e siècle et restauré au 17e . Il y a encore un lutrin-pélican, une dalle funéraire réalisée par le grand sculpteur Jean Del Cour et quelques meubles d’intérêt dans la sacristie. La Collégiale de Visé a été totalement restaurée de 1987 à 2007 par la Région, la Ville de Visé et la Fabrique d’église pour deux millions d’€. Le vitrail arrière a été redressé et rénové. Nous avons aussi rénové le presbytère sur fonds propres (450.000€) avec une sécurité incendie complète, trois bureaux, une salle polyvalente et deux appartements à l’étage. Nous prévoyons une restauration de la tour par phases (coût 330.000€) », détaille Jean De Pauw.

    « En 2010, la statue de Saint-Martin de 150kg a été volée par des Hollandais puis revendue et retrouvée en morceaux à Maastricht. C’était une perte totale », regrette encore Jean De Pauw. 

    MARC GÉRARDY dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 17 avril 2019.

  • Bombaye se dévoile ce mercredi 1er mai

    La Société d'Histoire et d'Archéologie du Plateau de Herve vous propose ce mercredi 1er mai 2019 une balade-conférence d'environ 8 km autour de Bombaye. 

    Après avoir admiré l'église Saint-Jean Baptiste, déjà citée au XIIème siècle, une des plus anciennes du Comté de Dalhem.(Tour médiévale, haute et massive, choeur gothique du XVIème siècle en moellons de grès et de calcaire) entourée de son cimetière ancien à la porte monumentale, l'ancienne seigneurie, les maisons classées, laissons-nous charmer par la campagne et les vergers en fleurs  .

     

    Rendez-vous à 14 h 00 devant l'église de Bombaye  - 8 km - retour 17 h00

    Guides : Thomas Lambiet et Jean Rennotte

    PAF : membres SHAPH et famille : gratuit; non-membres : 2 euros

    Renseignements : Jean Rennotte (0499.63.32.80) 

     

  • Journées du Patrimoine 2018 à Veurs le dimanche 9 septembre

    Cette année nous sommes au hameau de Veurs
    Porte ouverte aux maisons à colombages
    Visite guidée par nos guides Fouronnais
    Nos guides vous emmèneront dans Veurs. Rien de spécial, vous dites? Eh bien, chez certains propriétaires et résidents, vous pouvez jeter un coup d’œil à l'intérieur. Pour une fois, vous pouvez également admirer « l’arrière » de ces maisons. Nous respectons la vie privée des résidents et optons pour des maisons avec des histoires spécifiques et intéressantes à concernant l'entrée, la cage d'escalier ou les dépendances, et ceci toujours au sujet de constructions en colombages.
    Ici, vous entendrez aussi l’histoire du film qui a été tourné ici il ya longtemps et, cerise sur le gâteau, vous visitez le plus vieux supermarché du Limbourg (du monde?)
    Départ à 9h30, 10h30, 13h30 et 15h00; point de départ: point d'information du jour à hauteur de Daal 6

    Lire la suite

  • Encore 17 hectares acquis par la Flandre

    La première acquisition flamande aux Fourons, le presbytère de Fouron-Saint-Martin.

    La VLM (Vlaamse Landmaatschappij) que préside Huub Broers a acheté au début de cette année 2018 un domaine de 17 hectares. Domaine convoité par un propriétaire qui en aurait fait un champ de maïs et qui, grâce à l'acquisition, restera en fermage pour y pratiquer l'élevage. Cette acquisition peut donc être saluée. 

    La première acquisition de la Flandre a été le presbytère de Fouron-Saint-Martin, haut-lieu du flamingantisme depuis longtemps grâce au curé Veltmans et qui est d’ailleurs devenu le «Veltmanshuis» où Guido Swéron, l'initiateur de l'enseignement provincial et du développement du tourisme fouronnais, a résidé pendant tout le temps où sa femme en était gestionnaire. Mais cela ne s’est pas arrêté là.

    En 1985, la Communauté flamande a acheté le château Hoof à Teuven et il l’a donné en exploitation à la famille Duysens qui en a fait l’hôtel-restaurant Hostellerie Hof de Draeck.

    Plus tard, la Communauté flamande a encore acheté une ferme dans le village à Mouland pour en faire le centre culturel «Voerpoort».

    Mais entre-temps, la Division Nature et Forêt flamande (Agentschap Natuur en Bos) s’est progressivement rendue propriétaire de 10 % du territoire fouronnais.

    La ministre Vera Dua a acheté les bois de Veurs, une partie du Bois Rouge et Vossenaerden (167 ha), Teuvenderberg (40 ha) et Broekbos (21 ha).

    Ensuite, l’A.N.B. a mis la main sur Schopermeihedi (38 ha) et Op Voerenberg (7 ha).

    Le bois d’Als (61 ha) a été acheté en au moins 2 lots puisque 57 ha ont été achetés par le ministre Kelchtermans à l’époque où Huub Broers faisait partie de son cabinet.

    Ont suivi: Stroevenbos et le bois de Loë (84 ha), Nuroperbemd (7 ha), Dikkenbos (10 ha) et diverses propriétés éparpillées à Konenbos, Comberg et Kyberg pour un total de 4 ha.

    Comme prairies et vergers, il faut signaler la Berwinne (14 ha), Cruysgraaf (5 ha) et la vallée de Veurs et Dael (41 ha).

    En 2002, des bois communaux pour un total de 264,7458 ha sont achetés pour une somme de 5.500.518 euros.

    Au cours du conseil communal du 29 mai 2012, différentes parcelles pour un total de 2,3440 ha ont encore été vendues à l’A.N.B. et encore 2,9035 ha au conseil communal du 16 octobre   2012 à la Vlaamse Landmaatschappij.

    Sans compter l’énorme complexe de l’école provinciale et le bureau d’information touristique sur la place de Fouron-le-Comte (qui appartiennent à la Province du Limbourg), la Flandre possède plus de 520 ha sur le territoire fouronnais dont la superfice est de 5.063 ha au total. 

  • Des projets grandioses pour Navagne

    Le journal "Het Belang van Limburg" publie un photo-montage produit par l'intercommunale pour la patrimoine immobilier de la zone Hesbaye-Fourons et annonce qu'un projet existe pour désenclaver cette zone coincée entre l'autoroute, le chemin de fer, la Meuse et Mouland. L'étude préconise la construction d'un nouveau pont par-dessus le chemin de fer et l'autoroute. Le pont actuel subsisterait pour les cyclistes et les piétons.