Personnalités

  • Houbert le fouronnais !

    La vie de Saint-Hubert est bien connue. Il y a plusieurs légendes, mais sa provenance d'Aquitaine semble être attestée régulièrement.

    On sait aussi qu'il fût le premier évêque de Liège, après l'avoir été de Maestricht, mais il transféra le siège de cet évêché à Liège.

    Mais ne voilà-t-il pas qu'un éminent historien, précédemment prénommé "Hubert Jean Marie" et bientôt ex-bourgmestre des Fourons, publie de nouvelles informations sur Facebook: Hubert serait né en 655 à Fouron et décédé en 727 à Fouron-le-Comte, près de la chapelle de Steenbos.

    Ah, s'il n'avait empêché José Smeets de créer sa "route de contournement" asphaltée, il aurait pu lui donner le nom de "Saint-Hubert" et les fouronnais ne devraient emprunter ce chemin boueux et plein de trous.

     

  • Un Jurassien d'origine Prix Nobel de physique

    Le Prix Nobel de physique a été décerné mardi conjointement à l'astrophysicien originaire de St-Brais Didier Queloz et son collègue de l'Université de Genève Michel Mayor. Les deux hommes sont ainsi récompensés pour la découverte de la première exoplanète. Didier Queloz et Michel Mayor sont ainsi distingués pour leur contribution à la compréhension de l'évolution de l'univers. Le Canado-Américain James Peebles a également reçu le Prix pour ses recherches sur la cosmologie.

    Le Vaudois Michel Mayor, 77 ans, de l'Observatoire de Genève, a découvert en 1995 la première exoplanète. Didier Queloz, 53 ans, était alors son doctorant. « Cette découverte est la plus excitante de toute notre carrière, et qu’elle soit récompensée par un Prix Nobel, c’est tout simplement extraordinaire », ont réagi Didier Queloz et Michel Mayor, cités dans un communiqué de l’Université de Genève.

  • Hommage à Charles Vandenhove

    La commission royale des monuments, sites et fouilles a décidé de rendre hommage à l’architecte liégeois Charles Vandenhove, né à Teuven le 3 juillet 1927 et décédé le 22 janvier dernier à l’âge de 91 ans.Capture d’écran 2019-09-12 à 09.42.23.png

    Son 32 ème bulletin lui est entièrement consacré. 176 pages, avec autant d’illustrations, pour mettre en valeur l’héritage architectural de première importance qu’il a légué, tant en Belgique qu’en France et aux Pays-Bas. A Liège, on pense bien sûr au CHU du Sart Tilman, au Balloir, à la Cour Saint-Antoine, à l’hôtel Torrentius...

    Pour en parler, Bart Verschaffel (UGent), Jacques Barlet, le président de la commission, Alain Dirix, un de ses membres, Pierre Chabard, maître de conférences à Paris et Maxime Coq, architecte. L’ouvrage est disponible pour 25€ à la Commission, rue du Vertbois, 13c à Liège ou sur son site internet.

  • 7.000 panneaux sur les toits de Liege Airport

    L’aéroport liégeois veut intensifier sa politique environnementale et vise le zéro carbone d’ici 2030.

    Liege Airport, l’aéroport situé à Bierset, veut se mettre au vert. L’objectif : réduire ses émissions de CO 2 d’environ 80 % d’ici 2030. Pour réussir cette transformation, Liege Airport met en place plusieurs dispositifs et stratégies : panneaux solaires photovoltaïques, éclairage LED, mobilité alternative…

    « Une entreprise doit être consciente des défis climatiques. Ici, on est dans une réflexion via laquelle Liege Airport s’est positionné. Il faut prendre les devants pour s’adapter », commente JeanLuc Crucke, ministre wallon de l’Energie, du Climat et des Aéroports. 

    Capture d’écran 2019-07-25 à 07.19.30.png

    Une page de VICTORINE MICHEL à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 25 juillet 2019.

  • Une explication de l’échec de Didier Reynders

    L'échec de la candidature de Didier REYNDERS au SG du Conseil de l'Europe est moins l'échec d'un homme que celui de l'Etat belge qui ne respecte pas les recommandations et admonestations de cette même institution: non ratification de la Convention-cadre sur la protection des minorités nationales; non nomination des bourgmestres francophones dans la périphérie; mépris des droits culturels de francophones de Flandre; non modification de la législation linguistique condamnée par la Cour de Strasbourg depuis 1968. La récente "affaire chinoise" a rajouté une couche.

    Charles-Etienne Lagasse