Politique communale

  • Une ultime bataille entre voisins offre 34.000 € à la commune

    Le bâtiment de Rémersdael a été adjugé (par internet) à 11 h15 au prix de 155.000 euros.

    Hier soir, un conseil communal extraordinaire avait duré 4 minutes pour approuver les modalités de la vente et pour charger la directrice générale et le président du conseil communal de la signature de l’acte de vente.

    Selon les promesses de la nouvelle propriétaire, l’harmonie et les jeunes pourront continuer l’occupation des locaux. Rémersdael (Rémer selon la nouvelle dénomination de plus en plus populaire) peut se réjouir de la bonne issue de cette affaire.

     

  • Conseil communal express le jeudi 14 novembre à 19 heures 30

    Le Bourgmestre convoque une réunion urgente et à huis-clos du conseil communal parce que le projet de cahier des charges pour la vente de l'ancienne école de Rémersdael (photo ci-dessus) n'a pas obtenu le consensus au sein du collège des Bourgmestre et Échevins. 

  • Un hangar dévasté par les flammes

    Ce lundi après-midi, vers 14h30, un violent incendie s’est déclaré dans une ferme de Richelle, la ferme Demonceau, rue de l’Oseraie. Les pompiers se sont rendus rapidement sur place ainsi que la protection civile.

    C’est un hangar de 7m de haut, contenant de la paille, du foin et de la luzerne (plantes fourragères) qui était complètement en feu et la toiture du hangar est partie en fumée. La charpente métallique du hangar a plié sous les effets des fortes chaleurs. Les animaux de la ferme n’ont pas été blessés et ont été mis en sécurité. La partie habitation de la ferme a pu être préservée. D’immenses fumées noires, visibles de très loin, jusqu’à Visé, se sont répandues dans le ciel mais elles n’étaient pas nocives. Des odeurs de brûlé ont été ressenties dans la Basse-Meuse en soirée.

    72689070_10220690548841402_2394027711526862848_n.jpg

    À noter que de nombreux fermiers sont arrivés des alentours par solidarité et ont amené sur place des citernes d’eau. Un beau ballet de tracteurs pour aider la famille Demonceau qui s’est poursuivi ce lundi soir et encore durant toute la nuit.

    D’autant que vers 20h45, l’incendie qui ne concernait plus qu’une partie des milliers de m 3 de foin a repris !

    Il semblerait que l’incendie soit dû à une auto-combustion car les 5.000 ballots de paille ont été emballés par une société privée et il se peut que le feu couvait depuis un certain temps avant que les flammes ne sortent. L’incendie pourrait durer plusieurs jours et les pompiers utiliseront un autre matériel ce mardi pour étaler le foin en feu. -

    D'un article de MARC GÉRARDY à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 22 octobre 2019

    (Merci à Facebook et à Jules Legrand pour les photos)

    Tout cela au moment où la population de Teuven s'inquiète pour une demande de permis d'environnement en cours (1) pour la destruction d'un carwash et la construction de deux hangars agricoles pour remplacer un parking à camions construit illégalement à l'époque par la firme Weerts de Teuven. Un des arguments invoqués par les voisins est le risque d'incendie pour des bâtiments entourés d'habitations près du carrefour de Varn-Nurop-Hoof à Teuven. 

    Les réclamations contre ce projet doivent être déposées avant le 2 novembre à l'administration communale des Fourons ou sur le guichet électronique où il y a déjà quelques plaintes.

     

    (1) Le lien sur la page française du site internet communal est mauvais: il conduit vers un autre projet. Erreur (volontaire?) !

  • Conseil communal des Fourons du jeudi 24 octobre 2019 à 20 heures

    Alors que les Fouronnais (de Fouron-le-Comte, c'est normal; n'est-ce pas la capitale voulue par le bourgmestre?) pataugent dans la boue, le conseil communal se réunira jeudi prochain et aucun point à l'ordre du jour ne parlera de ces boues. L'opinion publique s'inquiète cependant et on entent même certaines personnes se demander si une entreprise régionale, comme Baguette, n'aurait pas travaillé plus proprement. 

    Après les questions des conseillers (qui viendront peut-être), le conseil communal s'occupera des fabriques d'églises. Pas toutes, puisque celle de Fouron-le-Comte n'a pas encore de budget pour 2019 et donc certainement pas un plan pluriannuel pour les années suivantes que les autres ont dû soumettre.

    Une seconde modification du budget pour l’année 2019 est présentée au conseil communal. Celle-ci comprend l’évaluation des crédits d’investissements restants pour 2019 ainsi qu’un certain nombre de modifications au budget d’exploitation.

    Après l'approbation de l'ordre du jour d'une Assemblée générale extraordinaire de Fluvius (la société qui coupe régulièrement l'électricité et par conséquent la télédistribution sans prévenir), le conseil approuvera l’achat d’une camionnette 2T châssis cabine benne/plateau au prix de € 21.978,38 TVA incl. via l’accord cadre des Autorités flamandes.

    Le délai prévu dans la décision précédente étant trop court, le cahier des charges pour la garderie extra scolaire doit être modifié en ce qui concerne le délai pour l’introduction des offres. L’organisation d’une visite des lieux, la demande d’éventuels sous-traitants, tout cela demande plus de temps que les trois semaines initialement prévues. Pour cette raison, il est demandé de porter le délai d’offre à six semaines, soit jusqu’au 6 novembre 2019 inclus.

    Après l’approbation des conditions et du mode d’adjudication pour la commande publique d’une broyeuse à bois, le conseil est sollicité pour approuver la convention de collaboration avec l’ "Agentschap voor Inburgering en Integratie" (Agence d’Insertion et d’Intégration). Le conseil du CPAS l’a déjà fait au cours de la séance du mois d’août 2019.

    Pour terminer le conseil prendra connaissance de la décision d’approbation des comptes annuels 2018 de la zone de police de Fourons.

  • Des questions et un point ajouté par Michaël Henen

    Michaël Henen interrogera, au conseil communal de ce jeudi 26 septembre 2019, l'échevin des travaux sur l'état des routes à Rémersdael. Il pointe notamment l'état de la route de Hombourg (depuis le carrefour au viaduc du chemin de fer jusqu'à la frontière avec la commune de Plombières) et la route défoncée à hauteur des maisons n° 12 et 14 de Kultjen. Il demande à ce sujet quelles dispositions la majorité va prendre pour résoudre ces situations dangereuses, tant pour les véhicules que pour l'intégrité physique des usagers de ces routes.

    A l'écoute des citoyens de Fouron-le-Comte, Michaël Henen a reçu des photos de riverains qui montrent que des matériaux contenant de l'amiante sont déterrés pendant les travaux actuellement en cours et sont abandonnés sans aucune précaution sur le chantier. Michaël Henen demande quel est le point de vue du collège sur ce genre de situation et ce que l'administration communale envisage pour éviter de tels phénomènes à l'avenir.Capture d’écran 2019-09-23 à 18.49.19.png

    Alors que le bourgmestre a prétendu sur Facebook qu'il était compétent pour l'application de la législation linguistique, Michaël Henen montre, photo à l'appui, que la signalisation mise en place pour annoncer les travaux à Fouron-le-Comte, n'est pas conforme à ladite législation, et qu'elle, en plus, trompeuse. Comment le citoyen francophone peut-il déduire de ces trois panneaux assemblés que la route est barrée quelques kilomètres plus loin?

    Michaël Henen a aussi usé de son droit d'initiative pour ajouter un point à l'ordre du jour. S'inspirant d'un point voté récemment par le conseil communal de Plombières, sur proposition de Lucien Locht, président du C.P.A.S., mais aussi ancien directeur financier de la commune, il propose que le précompte immobilier soit remboursé aux associations propriétaires d'infrastructures sportives ou culturelles. 

    Il veut ainsi éviter une discrimination manifeste entre associations. Certaines bénéficient d'infrastructures dont la Communauté, la Province ou une fabrique d'église sont propriétaires et n'ont donc pas à se soucier du précompte immobilier, alors que d'autres paient des sommes importantes (parfois plusieurs milliers d'euros) pour le précompte immobilier (dont une très grande partie va dans la caisse communale).