Politique communale

  • L'enchère de 106.000 € jugée insuffisante par le bourgmestre

    L'ancienne école de Rémersdael a été mise en vente en même temps que la maison voisine.

    Il y a avait quelques curieux, quelques observateurs (comme Grégory Happart qui ne pouvait pas être acheteur parce qu'il est conseiller communal) et quelques amateurs à la vente publique organisée par la commune des Fourons vendredi après-midi. Après la longue lecture des conditions de la vente et les explications. Il était 15 h 23 lorsque la première enchère a été émise par Isabelle Xhonneux, jeune rémersdaeloise très intéressée par l'immeuble. 

    Le notaire a annoncé une pause à 15 h 37. Les enchères étaient montées à 106.000 €. Son estimation était supérieure et il devait avoir l'accord de la commune pour adjuger définitivement, mais la vente publique a été relancée à 16 heures, la commune (qui ?) n'ayant pas donné l'accord, mais plus personne n'a fait une offre.

    Une après-midi perdue pour tout le monde, principalement pour Isabelle Xhonneux qui est indépendante... Le conseil communal devra relancer la procédure.

     

  • Une énième vente publique, ce vendredi 5 juillet 2019, d’un bâtiment communal fouronnais qui saborde la vie culturelle et associative francophone

    Dans un communiqué de presse diffusé ce mercredi, le conseiller communal Grégory Happart s'insurge contre la vente d'un immeuble à Rémersdael, au nom du Groupe RAL.

    Après avoir vendu les bois communaux, après avoir vendu les habitations - on se rappellera les incidents graves qui avaient émaillé la vente en 2001 à la buvette du SK Moelingen-, après avoir vendu l’école francophone abritant l’enseignement maternel et primaire aux Fourons, la majorité communale fouronnaise (VBL) organise, ce vendredi, la vente publique de l’ancienne école de Rémersdael. Un immeuble qui abrite un logement actuellement inoccupé faute d’entretien et de volonté, mais surtout le local des jeunes et le local de l’harmonie de Rémersdael.

    Une fois encore, la Commune des Fourons qui souhaite faire belle figure avec ses comités de participation, ses chartes du bien-être, de bonne santé… mais uniquement à l’attention des citoyens néerlandophones - la langue néerlandaise ayant seule le droit de cité - tente de saborder, sans état d’âme, la vie culturelle de tout un village trop francophone à ses yeux.

    Les associations culturelles rémersdaeloises se croyaient pourtant protégées par un bail en bonne et due forme. La majorité fouronnaise n’en a cure et organisera la vente publique, ce vendredi 5 juillet à 14h30, à la salle du Conseil de la Maison communale des Fourons (Place Communale 1 à 3798 Fourons). 

    Nous condamnons ces méthodes d’un autre temps et poursuivrons dans le calme et la dignité notre combat pour le respect des droits des Francophones des Fourons, le mandat que nous a confié une nouvelle fois la population fouronnaise aux dernières élections communales.

  • Ronin Cox quitte (déjà) la zone de police des Fourons

    Le chef de corps de la police des Fourons, Ronin Cox, quittera officiellement la police des Fourons le 2 septembre 2019 pour assumer le mandat de chef de corps de la zone de police de Maasland (Maaseik et Dilsen-Stokkem). En tant que lauréat de la procédure de sélection, il a été proposé pour nomination au Roi le 18 juin.

    Lors de la fête d'adieu du chef de corps partant, Fred Gerarts, le 25 juin à Elen (Dilsen-Stokkem), son successeur avait déjà été présenté aux policiers et au grand nombre d'invités.

    Le chef de corps Cox sera régulièrement dans sa nouvelle zone de police du 1er juillet (date du départ à la retraite de Fred Gerarts) au 1er septembre, sans préjudice des nombreuses tâches qu’il souhaite encore mener à bien à la police des Fourons.

    Le conseil communal des Fourons a officiellement pris connaissance de son départ le 27 juin. Afin d'assurer la continuité, il a été décidé de nommer son adjoint, Alain Stas, pour une durée indéterminée au poste de chef de corps faisant fonction de la police de Fourons et de rendre vacante une fonction contractuelle de consultant pour l'assister dans sa nouvelle mission.

    Nous souhaitons à Ronin Cox et Alain Stas beaucoup de succès!

  • Michaël HENEN posera des questions au conseil communal du jeudi 27 juin 2019

    Les conseillers communaux fouronnais ont le droit de poser des questions au collège (en fait au bourgmestre puisque les échevins n’ont pratiquement pas le droit à la parole sous le règne de H. Broers).

    19E0F7E6-E80B-4210-8C48-D8068F836066.jpegEn plus des points inscrits à l’ordre du jour, le conseiller communal Michaël Henen posera des questions qu’il a résumées pour ce billet:

    Les facilités linguistiques sont un droit inextinguible dans les Fourons depuis plus de cinquante ans mais il semble que cela ne constitue que quantité négligeable dans le chef de la majorité en place à l’heure actuelle. Prenons pour exemple les traductions (officielles ?) de l’ordre du jour des Conseils communaux et de l’Action sociale où les exemples ne manquent pas : l’orthographe, la grammaire, la syntaxe et la traduction en elle-même sont à la limite de l’inacceptable. D’où la demande dans le cadre d’un engagement futur d’une personne qui puisse tout du moins attester d’une connaissance approfondie de la langue française.

    Il en va de même pour les convocations électorales dont les Francophones fouronnais, lésés comme à leur habitude en cette matière, ont reçu originellement en langue néerlandaise avant de recevoir une version française sur laquelle était écrit une mention laconique « DUPLICATA », ce qui n’est évidemment pas le cas. Explication est demandée au Bourgmestre.

    Après le dossier scandaleux de la Salle paroissiale, Fouron-le-Comte occupe une nouvelle fois le devant de la scène, grâce aux travaux de prestige mayoral qui durent maintenant depuis plus d’un an : ceux-ci apportent certainement beaucoup de satisfaction au Bourgmestre et sa suite mais impactent toujours aussi fortement les habitants du village.

    La Rue Haute, qui sera prochainement fermée à la circulation, en sera certainement l’exemple le plus frappant : à l’heure d’aujourd’hui, il n’est toujours pas établi comment les habitants et les conducteurs en transit pourront se déplacer en venant de ou en retournant vers Fouron-Saint-Martin. C’est pourquoi la question du point de vue de la majorité à ce sujet est posée.

    Par ailleurs, il apparaît que les légendaires ponts qui surplombent la Voer de la rue Basse jusqu’ à la sortie de Fouron-le-Comte seraient raccourcis alors que de nombreux habitants ne semblent même pas au courant. On attend également le positionnement de la majorité à ce sujet.

    Enfin, et comment ne pas le souligner, il existe des informations recoupées indiquant des disparités entre commerçants et indépendants au niveau des primes octroyées pour « atténuer » (le mot est faible) l’impact dévastateur de ces travaux sur l’activité commerciale à Fouron-le-Comte. Même s’il s’agit d’une compétence exclusive de la tutelle régionale, le pouvoir communal est invité à réunir tous les acteurs du dossier pour éviter une situation discriminatoire.

  • Conseil communal du 6 juin 2019

    Vue partielle de la façade arrière de l'ancienne école de Rémersdael.

    Comme ce blog l'avait annoncé, un conseil communal supplémentaire a été convoqué par le bourgmestre pour le jeudi 6 juin.

    Il n'y avait que deux points à l'ordre du jour et l'un des deux se passait à huis clos. Il faudra donc attendre la publication sur le site communal pour en savoir plus.

    Le président a commencé la séance, en ce jour du 75e anniversaire, en demandant une minute de silence en hommage aux nombreuses victimes du débarquement.

    Le premier point (public) concernait la vente de l'ancien immeuble de l'école de Rémersdael. La remarque de la conseillère Clotilde Mailleu concernant l'occupation d'une partie de ces locaux par la jeunesse de Rémersdael n'a évidemment pas ému la majorité Voerbelangen. C'est donc par 9 voix pour (la conseillère Yolanda Daems était absente) et 5 voix contre que le cahier des charges du notaire Vuylsteke pour la vente publique qui devrait avoir lieu le 9 juillet 2019 a été approuvé.