Prévention

  • La E25 entre Liège et Visé parmi les autoroutes les plus meurtrières

    L’autoroute A54 (reliant Nivelles à Charleroi) est celle qui enregistre le plus grand nombre de tués. Elle devance les Rings d’Anvers et de Bruxelles. Ce qui est impressionnant, c’est la gravité des accidents sur la A54 : le taux est le double de la A7 (E19).

    La gravité des accidents : la A 54 en tête. « Nous calculons cette gravité sur base du nombre de personnes décédées (dans les 30 jours) par mille accidents avec des dommages corporels », explique le porte-parole de Vias. « Ce qui est particulièrement impressionnant, c’est la gravité des accidents sur la A54 : 90, soit le double de la A7 (E19) qui n’est pourtant pas située très loin de là. » Suivent : la A501 (qui relie l’autoroute de Mons (A7) au pôle industriel de La Louvière) avec un taux de gravité de 83 ; la A25 (E25 qui relie Liège à Visé) avec un taux de 71 et la A 18 (reliant les villes de Bruges, Furnes et La Panne pour finir à la frontière française) avec un taux de 68.

    Deux pages de DIDIER SWYSEN à lire dans LA MEUSE du 8 août 2019.

  • Bientôt un véhicule ANPR pour la Basse-Meuse

    Un gros investissement va prochainement être consenti puisque l’achat d’un nouveau véhicule équipé d’un radar ANPR pour la police de la zone de la BasseMeuse vient d’être budgétisé. « Nous n’en sommes qu’au début de la procédure et la proposition doit encore être avalisée par le conseil de police de la zone », signale Alain Lambert, chef de corps de la police de la BasseMeuse. « Ce type de Capture d’écran 2019-03-07 à 11.03.15.pngdispositif constituerait, à coup sûr, un atout supplémentaire pour notre zone. »

    L’ANPR est un dispositif de reconnaissance automatique des plaques d’immatriculation utilisé par la police. Des caméras scannent les plaques des véhicules en mouvement ou à l’arrêt et un code couleur s’affiche alors à l’écran d’un moniteur installé dans la voiture de police banalisée. À chaque couleur correspond une infraction : voiture en défaut de contrôle technique, en défaut d’assurance, plaques d’immatriculation signalées volées, etc. Il reste ensuite aux policiers à intercepter le véhicule.

    Bref, l’appareil ne laisse rien passer. Ceux qui sont en ordre n’ont, évidemment, rien à craindre. Depuis quelque temps, la police de la Basse-Meuse a des accords avec la zone de Fléron, Soumagne et Beyne-Heusay. « La zone nous prête, en fonction des disponibilités, évidemment, leur radar ANPR », détaille Alain Lambert. « Et nous voyons toute son utilité et 

    toute son efficacité. » En novembre 2018, une opération judiciaire, menée par la brigade locale de recherches de la police de la Basse-Meuse, avait permis d’arrêter deux Roumains. Ces deniers étaient suspectés d’être à l’origine d’une vague de cambriolages dans la commune de Juprelle. Pour l’occasion, la zone de Fléron, Soumagne et Beyne-Heusay avait prêté son véhicule équipé de l’ANPR. Le scanner avait repéré une voiture sur laquelle étaient posées des plaques d’immatriculation volées. Après une course-poursuite, deux motards de la zone avaient rattrapé le véhicule des fuyards et, finalement, interpellé les deux suspects.

    Bref, la démonstration parfaite de l’utilité de ce dispositif. Un des meilleurs arguments pour convaincre le conseil de police. -

    A.B. dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 7 mars 2019.

  • La zone de police des Fourons a participé au marathon

    Du 17/10/2018 au 18/10/2018, nous avons participé avec 3 personnes au marathon flash national. Ce faisant, nous avons pris en compte les propositions de lieu de notre population locale.

    Nous avons finalement procédé à des contrôles de vitesse sur 16 endroits répartis dans les 6 villages de Fourons. En outre, 1041 véhicules ont été contrôlés, dont 108 (10,37%) ont roulé plus vite que la vitesse autorisée + marge de correction.

    Sur La Planck, à Fouron-St-Martin, une personne a dépassé les 111 km / h au lieu des 70 km / h autorisés. Le permis de conduire de la personne concernée a été retiré. Dans le même village, Veurserveld s'est avéré être l'endroit où la vitesse était le plus souvent trop élevée (32,14%).

    Malgré de nombreuses critiques sur les médias sociaux, nous continuons de nous concentrer sur les contrôles de vitesse. Après tout, la vitesse et l’alcool restent les principales causes de décès non naturels en Belgique!

  • Activité de sécurité routière à l'école francophone

    Ce lundi 4 juin, quatre agents de police sont venus encadrer nos élèves de 5 ème et 6 ème années pour une activité de sécurité routière.
    Après un rappel théorique, ils se sont rendus dans la cour de récréation aménagée en terrain didactique. Nos jeunes cyclistes ont parcouru plusieurs fois le circuit comprenant un slalom ... Ensuite, ils ont pris la route, escortés par la police. Cette "sortie" leur a permis de prendre conscience des endroits stratégiques et des dangers du quartier avoisinant l'école. Pour clôturer l'activité, un diplôme leur a été remis par les agents de police.
    En cette veille de vacances, il leur a été rappelé l'importance de rouler avec un vélo en ordre, le port du casque et surtout la prudence.

    Par la même occasion, les élèves de 1ère et 2ème années ont reçu des explications d'un agent de police sur la bonne utilisation du passage pour piétons.


    Un grand merci aux agents de police !

    Liliane Herens

    Autres photos.

  • Réseau de prévention de quartier par WhatsApp

    Un groupe WhatsApp "prévention de quartier" a été créé à Teuven.

    Les participants, qui doivent avoir 18 ans et disposer d'un smartphone ou d'un iPhone, signalent ce qu'ils voient de suspect entr'eux après avoir prévenu la police via le 101.

    Pour des renseignements supplémentaires, ou pour participer à un autre groupe de prévention dans un autre village de l'entité, vous pouvez prendre contact avec Anet De Kegel, inspecteur principal et conseillère en prévention de vols à la zone de police des Fourons.