Question fouronnaise

  • Le bourgmestre a refusé la vente

    Le 5 juillet dernier, un bâtiment communal situé dans le petit village de Rémersdael était mis aux enchères. Une nouvelle vente aux enchères qui, pour l'Action Fouronnaise, n'aurait que pour but d'affaiblir le réseau culturel francophone du village.

    Paisible village situé à une encablure de la Basse-Meuse, Rémersdael est secoué par une nouvelle polémique que certains qualifient même de communautaire. Rémersdael appartient à la commune à facilités des Fourons, dirigée depuis 2001 par une majorité néerlandophone (10 élus actuellement) à laquelle s'opposent les 5 élus francophones. Et des tensions linguistiques refont régulièrement surface. Comme il y a quelques jours lorsque la majorité a décidé de vendre aux enchères un bâtiment situé à Rémersdael. Une vente à laquelle s'oppose farouchement l'Action Fouronnaise. « Ce bâtiment est en partie occupé par un logement, vide depuis peu et, pour l'autre, il sert de local à deux associations culturelles francophones, détaille Grégory Happart, conseiller communal francophone. « Il sert de local de répétition à l'harmonie et de local des jeunes. La majorité n'a jamais rien fait pour entretenir ce bâtiment et maintenant, elle a décidé de le mettre en vente, privant ainsi ces deux associations d'un lieu où développer leurs activités. Parce que, dans le village, à part notre centre culturel qui n'est pas adapté pour les activités de ces deux associations, il n'y a pas de plan B ».

    Capture d’écran 2019-07-17 à 10.45.47.pngPourtant, face à cette situation, la majorité fouronnaise a décidé de se débarrasser de ce bâtiment, qui ne lui rapporte rien. Si Grégory Happart admet que le loyer demandé est symbolique, 1.000 euros par an, il estime aussi qu'il y a d'autres solutions que de vendre les lieux. « Le bail arrive à échéance en janvier 2021, le loyer aurait pu être renégocié. Elle pourrait aussi très bien demander des aides pour aménager de chouettes logements dans une partie et louer le reste aux deux associations francophones. Non on préfère vendre. C'est clairement un choix politique et linguistique pour affaiblir le réseau culturel francophone qui est encore très présent dans le village ». Le 5 juillet dernier, la vente aux enchères a eu lieu. L'enchère la plus haute a atteint 106.000 euros. Elle a été jugée insuffisante et la vente a capoté. « Si on a décidé de le vendre c'est parce qu'il ne nous rapporte plus rien, explique Huub Broers, bourgmestre de Fourons. Au contraire, il nous coûte. Et moi je dois aussi veiller aux finances communales. Le bail actuel sera respecté avec les nouveaux propriétaires. Mais Grégory Happart sait très bien que les associations ne se servent plus vraiment de ces locaux et qu'ils ont une salle juste derrière qui pourrait les accueillir. Mais s'il veut en faire une polémique, c'est son droit. » Le prochain conseil communal, fixé au 22 août, devrait se pencher à nouveau sur l'avenir du bâtiment et vraisemblablement relancer une procédure pour réorganiser une nouvelle vente aux enchères. 

    AURÉLIE DRION dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 17 juillet 2019.

     

  • Une énième vente publique, ce vendredi 5 juillet 2019, d’un bâtiment communal fouronnais qui saborde la vie culturelle et associative francophone

    Dans un communiqué de presse diffusé ce mercredi, le conseiller communal Grégory Happart s'insurge contre la vente d'un immeuble à Rémersdael, au nom du Groupe RAL.

    Après avoir vendu les bois communaux, après avoir vendu les habitations - on se rappellera les incidents graves qui avaient émaillé la vente en 2001 à la buvette du SK Moelingen-, après avoir vendu l’école francophone abritant l’enseignement maternel et primaire aux Fourons, la majorité communale fouronnaise (VBL) organise, ce vendredi, la vente publique de l’ancienne école de Rémersdael. Un immeuble qui abrite un logement actuellement inoccupé faute d’entretien et de volonté, mais surtout le local des jeunes et le local de l’harmonie de Rémersdael.

    Une fois encore, la Commune des Fourons qui souhaite faire belle figure avec ses comités de participation, ses chartes du bien-être, de bonne santé… mais uniquement à l’attention des citoyens néerlandophones - la langue néerlandaise ayant seule le droit de cité - tente de saborder, sans état d’âme, la vie culturelle de tout un village trop francophone à ses yeux.

    Les associations culturelles rémersdaeloises se croyaient pourtant protégées par un bail en bonne et due forme. La majorité fouronnaise n’en a cure et organisera la vente publique, ce vendredi 5 juillet à 14h30, à la salle du Conseil de la Maison communale des Fourons (Place Communale 1 à 3798 Fourons). 

    Nous condamnons ces méthodes d’un autre temps et poursuivrons dans le calme et la dignité notre combat pour le respect des droits des Francophones des Fourons, le mandat que nous a confié une nouvelle fois la population fouronnaise aux dernières élections communales.

  • Une explication de l’échec de Didier Reynders

    L'échec de la candidature de Didier REYNDERS au SG du Conseil de l'Europe est moins l'échec d'un homme que celui de l'Etat belge qui ne respecte pas les recommandations et admonestations de cette même institution: non ratification de la Convention-cadre sur la protection des minorités nationales; non nomination des bourgmestres francophones dans la périphérie; mépris des droits culturels de francophones de Flandre; non modification de la législation linguistique condamnée par la Cour de Strasbourg depuis 1968. La récente "affaire chinoise" a rajouté une couche.

    Charles-Etienne Lagasse 

  • Vous pouvez recevoir "Le monde de l'eau" en français

    Il y a quelques semaines, la brochure de la société de distribution d'eau tombait dans votre boîte aux lettres ... en néerlandais exclusivement. C'est illégal et la société le sait.

    Le commissariat d'arrondissement des Fourons a pris les contacts nécessaires et la version française existe bien. Elle est même disponible en suivant ce lien.

    Reste à espérer que le prochain numéro de cette publication nous soit distribué dans les deux langues dans notre commune comme le prescrit la législation linguistique.

  • Décès de Jean-Pierre Grafé

    (LA MEUSE du 18 mai 2019)

    Ces trois grands liégeois ont soutenu le combat fouronnais.

    Mais il faut savoir que Jean-Pierre Grafé est resté fidèle à ses amis fouronnais jusqu’au bout, même s’il le faisait parfois très discrètement.

    Jean Gol avait marché en tête d’un cortège à Fouron-le-Comte, mais vite oublié pour former un gouvernement avec Wilfried Martens, alors qu’André Cools n’avait pas hésité à traiter certains fouronnais d’ayatollahs lors d’un premier mai à Liège.