Religion

  • Baptême, mariage, funérailles : de moins en moins à l’église

    L’Église le reconnaît elle-même dans son rapport publié en novembre dernier : les grandes cérémonies comme le mariage ou le baptême se déroulent de moins en moins devant un prêtre. Aujourd’hui, ces grands moments de la vie sont souvent organisés civilement.

    Alors que 85,2 % des enfants nés en 1977 ont été baptisés au sein de l’église catholique, ils n’étaient plus que 42,1 % en 2016. Les jeunes parents délaissent cette cérémonie au profit d’autres, les laïques ou tout simplement les fêtes privées. Pour les mariages, la baisse est encore plus importante : on passe de 77,7 % en 1977 à 17,6 % en 2016. Notre société se laïcise donc énormément.

    La première explication vient de l’Église elle-même qui considère qu’il s’agit d’un véritable engagement et qui demande donc une implication. Pas question de simplement réserver l’église pour le jour de votre mariage : le prêtre de votre paroisse vous demandera de réellement vous impliquer en tant que chrétien. Ce qui refroidit pas mal de couples. Même chose pour le baptême où même parrain et marraine devront montrer « patte blanche ».

    La suite de l'article de M.PAREZ est à lire dans LA MEUSE du 28 janvier 2019.

    Mais ne faut-il pas aussi tenir compte des frais imposés par l'évêché de Hasselt?

    Depuis le 1er janvier 2019, une cérémonie de mariage ou d'obsèques coûte 275 € qui seront répartis de la façon suivante:

    • Fabrique d'église :  60 €
    • Diocèse:                 57,50 €
    • Célébrant:              40 €
    • Sacristain:              20 €
    • Organiste:              20 €
    • Paroisse:                50 €
    • Fédération:             27,50 €

    Lorsque ce blog avait publié un billet intitulé "le prix de la liturgie des funérailles" en janvier 2017, la présidente de la Fabrique d'église  de Micheroux nous avait permis de comparer le coût au Limbourg (250 € à l'époque) à celui pratiqué dans le diocèse de Liège (160 €).

  • Noël à Rémersdael

    Du son et des images pour illustrer la célébration de Noël à Rémersdael ce 24 décembre 2018 avec le Clidine Groupe (25 membres) sous la direction de Nathalie Fafchamps-Houbiers.

  • On n'attend plus que le petit Jésus et vous

    De courageux membres de la fabrique d'église de Rémersdael ont préparé la crèche. La chorale a répété des chants de Noël. Monsieur le Curé et le diacre ont préparé la cérémonie.

    On n'attend plus que le petit Jésus et vous pour une messe de Noël réussie lundi soir à 19 heures pour les paroissiens de Rémersdael et la communauté francophone des Fourons.

    Si pendant la messe, vous sentez des effluves de vin chaud, c'est qu'un verre vous sera servi à la fin de la messe pour un partage cordial des voeux de Noël.

  • Héribert de Cologne est mort il y aura bientôt mille ans

    "Martyrologe romain" publie ceci à propos de Saint-Héribert:

    Capture d’écran 2018-10-19 à 18.18.00.pngFils du comte de Worms, il fit ses études à l'abbaye de Gorze, près de Metz. Capture d’écran 2018-10-19 à 18.10.39.pngNommé plus tard au siège épiscopal de Cologne, il fut un conseiller écouté de l'empereur germanique Othon III. Il construisit l'abbaye de Deutz sur le Rhin où il est enterré.
    Un internaute nous signale: Conjuguant les rôles d'homme d'État et de pasteur dévoué aux pauvres, saint Héribert de Cologne a marqué son époque. Né vers 970, Héribert est envoyé étudier à l'abbaye de Gorze, près de Metz, où il aurait voulu demeurer comme moine. Mais rappelé à Worms par son père, il y devient prévôt de la cathédrale et employé à la chancellerie royale. C'est là que le remarque l'empereur Othon III, qui le nomme chancelier pour l'Italie (dont le nord faisait partie de son empire), puis pour l'Allemagne. Mais l'année suivante, il est choisi comme archevêque de Cologne.
    "La veille de Noël 999, Héribert arriva à Cologne, par un froid rigoureux, pieds nus et vêtu de toile. Ainsi, dès son entrée en charge, il ne fit aucun doute qu'il se proposait de vivre dans un esprit évangélique de pauvreté et de simplicité. De même qu'il s'était jusqu'alors, de façon désintéressée, sacrifié pour le bien de l'État et le service de l'empereur, autant il devait prendre soin de son archidiocèse et de ses ouailles. Il se fit remarquer par son zèle, sa douceur, son humilité, sa piété et son amour des pauvres." (Biographie de saint Héribert, sur le site de Remersdael, ville belge dont il est le patron
    )
    Héribert est décédé le 16 mars 1021, et a été inhumé dans l'église abbatiale de Deutz, qu'il avait fondée en 1003. Pour abriter ses restes, les moines ont fait fabriquer un magnifique reliquaire, aujourd'hui conservé dans l'église de Saint-Héribert-le-Neuf, à Deutz (devenue un faubourg de Cologne). Sa mémoire est rappelée en Allemagne, par les catholiques et les luthériens, le 16 mars.
    À l'abbaye de Deutz en Allemagne, l'an 1021, le trépas de saint Héribert, évêque. Chancelier de l'empereur Othon III, élu malgré lui au siège épiscopal de Cologne, sans plus tarder, il se dévoua à son clergé et à son peuple, donnant l'exemple des vertus dont il recommandait la pratique dans sa prédication. Il acheva sa course dans le monastère qu'il avait fondé.

    Vous reconnaîtrez à gauche la statue de Saint-Héribert sur la façade de l'église de Rémersdael. A droite, le même Saint-Héribert sur la façade de l'Hôtel de Ville (Rathaus) de Cologne.

    Des manifestations sont prévues à Cologne en 2021 pour célébrer le millénaire du décès de Saint-Héribert.

  • Victor Taeter et Philippe Houbiers fêtés à l'église de Rémersdael

    A l'issue de la procession, François Heuts, président de la Fabrique d'église de Rémersdael, a mis à l'honneur Victor Taeter et Philippe Houbiers, en présence de Monsieur le Doyen Joseph Lemmens.

    Monsieur le Curé P. Stassen a remis à Victor Taeter la décoration de l'évêché et le diplôme qui l'accompagne pour 35 ans de prestations à l'église de Rémersdael comme membre et trésorier de la Fabrique d'église, responsable de la paroisse et comme sacristain, en plus des nombreux travaux qu'il y a réalisés comme bénévole.

    Philippe Houbiers a été fêté parce qu'il a été ordonné diacre il y a 25 ans. La paroisse l'a remercié pour ce quart de siècle d'engagement, de présence et de service. Son épouse Bernadette y a été associée.