Santé

  • Les défibrillateurs ont déjà sauvé trois vies à Visé

    L’échevinat des Sports de Visé a organisé sa formation annuelle à l’utilisation d’un défibrillateur automatique pour les responsables sportifs. Une trentaine étaient présents.

    Comme chaque année à pareille époque, l’échevinat des Sports de la Ville de Visé a organisé une séance de formation à l’utilisation d’un défibrillateur automatique (DEA).

    29 personnes provenant principalement des clubs de l’entité visétoise étaient présentes, à l’écoute du formateur de l’AES, l’Association des Etablissements Sportifs. Ils ont pu exécuter sur un mannequin la procédure des premiers soins en cas de problème chez un ou une sportif/sportive et de l’utilisation du défibrillateur. Une procédure vocale qui assiste les utilisateurs de ces défibrillateurs.

    « Tous ont apprécié cette démarche, en espérant toutefois ne jamais devoir la mettre en pratique ! », précise Julien Woolf, échevin des Sports et de la Jeunesse de Visé.

    « Toutes les infrastructures sportives de Wallonie se sont vues imposer l’obligation de détenir un défibrillateur automatique. L’ancien ministre wallon des Sports, André Antoine, avait aussi distribué, en plusieurs vagues, 600 DEA aux clubs sportifs dès 2012 », précise Pascale Otoul du service des Sports de Visé.

    « Et nous sommes aussi dans l’obligation d’organiser une formation une fois par an pour les gestionnaires des halls omnisports et les responsables des clubs. Trois vies ont déjà été sauvées grâce à ces défibrillateurs: une au club de rugby de Visé et le joueur bruxellois a pu recommencer à jouer au rugby; une sur la piste d’athlétisme de Visé et une au club de football de Visé ! », se félicite Julien Woolf.

    Les clubs de football de Visé, de Richelle, de Cheratte, le club d’athlétisme de Visé, le club de rugby de Visé, le club de tennis de Richelle-Visé et le club de boxe anglaise du GMG Cheratte-Visé disposent désormais d’un défibrillateur automatique.

    « La Ville de Visé intervient dans l’entretien de ces DEA et dans l’achat des électrodes », ajoute Pascale Otoul.

    MARC GÉRARDY dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 4 décembre 2019.

  • Francis Rion est un miraculé, il a également survécu à un accident avec un camion de 25 tonnes

    Dire que Francis Rion est un battant est un euphémisme. A 86 ans, le Malmédien, ancien Dalhemois, a derrière lui une carrière internationale d’arbitre de football mais également trois cancers. Et c’est avec le sourire qu’il en parle.
    « Maintenant, je chante un, deux, trois, lalala. »
    « Il y a une dizaine de jours, je suis allé voir mon oncologue. Il m’a dit que j’étais soigné, que tout allait bien. » Pour Francis Rion, cette visite est presque devenue trop classique. C’est qu’à 86 ans, il vient de vivre son troisième cancer. En 4 ans. « C’était un cancer du foie. Avant cela, j’avais d’abord eu un cancer de l’intestin puis un autre de la prostate. »

    D’un article de Julien DENOËL à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 12 octobre 2019.

  • Bien manger pour bien apprendre

    Aider son enfant à être attentif en classe, à se concentrer sur une tâche, à développer harmonieusement son esprit, c’est donc aussi veiller à lui assurer une bonne alimentation.

    Au programme :

    • Votre enfant reçoit-il tout ce qu’il lui faut pour bien grandir ?
    • Comment la nutrition peut influencer à la fois la santé, la concentration, l’apprentissage, la croissance de votre enfant ?
    • Mieux connaître les nutriments pour faire les bons choix
    • De quoi remplir son assiette ?
    • L’obésité chez l’enfant : Comment l’éviter ?

    Inscriptions souhaitées et renseignements :0475 334 704

    Entrée:

    • 5 euros en prévente
    • 6 euros sur place
  • La maladie du carré dans la région

    Ressortie d'on ne sait où, la maladie de carré a été diagnostiquée sur beaucoup de renards morts dans la région liégeoise et autopsiés à la faculté de médecine vétérinaire.
    Il est donc fortement conseillé aux propriétaires de chiens de surveiller leur animal de compagnie car cette maladie très contagieuse peut être mortelle (surtout chez les chiots), et cause toujours de graves problèmes de santé que ce soit au niveau digestif , respiratoire et nerveux.
    Pratiquement, vous pouvez vérifier la date de la dernière vaccination et sa validité dans le passeport de votre chien.

    (Une photo et une information du dr. vétérinaire Serge Belleflamme de Dalhem).

    Par ailleurs, le journal "Het Belang van Limburg" signale qu'un renard au comportement bizarre a été abattu lundi à Rémersdael. Le cadavre a été envoyé au centre ad hoc pour examen.

  • La clinique de Hermalle teste un nouveau type de station d’épuration

    Les études le démontrent, nos eaux sont polluées par les produits pharmaceutiques. Ceux-ci, qui se retrouvent dans les eaux usées, ne sont pas traités dans les stations d’épurations et sont donc rejetés dans nos cours d’eau. Et si les conséquences sur l’environnement sont mal connues, on constate déjà certains impacts sur les poissons. Mais à la Clinique Notre-Dame de Hermalle, le test d’un nouveau type de station d’épuration pourrait révolutionner le traitement de ces eaux usées.

    Un article d'AURÉLIE DRION à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 6 avril 2018