Solidarité

  • Du... papier toilette pour les ouvriers de Knauf !

    La solidarité est devenue le maître mot depuis le début de cette crise sanitaire sans précédent et chez Knauf Insulation, à Visé, les dirigeants l’ont bien compris. « Il est important pour nous de rendre la vie de nos travailleurs plus facile. La situation actuelle n’est bonne pour personne et peut provoquer énormément de stress. Il est recommandé de limiter au maximum les déplacements non essentiels et les contacts, c’est pourquoi nous avons réfléchi à plusieurs solutions dans ce sens », commente Olivier Douxchamps, le directeur de l’usine qui a fait preuve d’originalité ces derniers jours. « Le papier toilette est devenu une angoisse pour certains ménages, il faut parfois se rendre dans plusieurs supermarchés pour trouver un paquet. Nous sommes parvenus à nous procurer plusieurs palettes chez notre fournisseur et nous avons pris la décision d’offrir 16 rouleaux à chaque ouvrier du site, environ 200. Cette initiative a été super bien accueillie. On a vu des sourires, du réconfort et cela n’a pas de prix dans cette crise. » Si les rouleaux de papier toilette décrochent la palme de l’originalité, Knauf Insulation n’en est pas à son coup d’essai depuis le début de la crise. « Chaque jour, on offre un repas aux ouvriers et on propose également des plats préparés, à des tarifs préférentiels, pour leur famille. On reste toujours dans le même objectif de limiter les déplacements de nos gars. On veut vraiment les préserver un maximum », explique Olivier Douxchamps qui dans cette démarche n’a pas non plus oublié les petits commerçants qui souffrent actuellement. « Le traiteur que nous engageons est dans une situation compliquée comme tout le secteur de l’horeca. Chez nous, on ne voulait pas qu’il perde son rendement. »

    DU MATÉRIEL POUR LES HÔPITAUX

    Si des solutions internes sont mises en place, Knauf Belgique n’oublie pas nos héros, le personnel soignant, et a répondu à l’appel aux dons lancé par le CHU de Liège pour mieux les équiper. Ainsi, l’entreprise a offert 3.000 œuvre-chaussures, une centaine de combinaisons Tyvek et des lunettes de protection.

    À Visé, la crise du Covid-19 fait l’objet d’un suivi journalier de la part de la direction du site. « Tous les jours, une réunion de crise est organisée en équipe et collaboration étroite avec les représentants des travailleurs. On regarde comment rendre le site encore plus sécurisé pour nos gars. On essaye de comprendre les contraintes et d’y remédier. C’est une crise inédite et il est important de se remettre constamment en question», analyse le directeur de l’usine de Visé. « Du gel hydro-alcoolique est distribué en permanence, on fournit également des sprays pour désinfecter les zones de travail. La distanciation sociale est scrupuleusement respectée. » Aucun cas de corona-virus n’a touché l’entreprise mais celle-ci fait tout de même face à plus de malades qu’à l’accoutumée. « Il n’est pas toujours évident de gérer ses émotions face à ce genre de situation, beaucoup ont peur de tomber malades et préfèrent rester à la maison. J’ai vu certains de mes gars en pleurs, pris de panique. » Malgré le climat anxiogène, on remarque que nos entreprises font un réel effort pour mettre les travailleurs dans les meilleures conditions de travail possibles. 

    MAXIME DEBRA dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 26 mars 2020

  • La police applaudit le personnel soignant

    Depuis quelques jours, à 20h, les citoyens applaudissent depuis leurs fenêtres le personnel soignant. Ainsi, ce vendredi soir, des policiers de la zone de police de la BasseMeuse se sont rendus devant la clinique NotreDame de Hermalle-sousArgenteau. Feux bleus allumés, la dizaine d’hommes a applaudi chaleureusement médecins et infirmiers. L’opération s’est répétée ce dimanche soir, toujours devant la clinique, mais par la zone de police de Herstal. Là, c’est à un concert de sirènes hurlantes qu’a eu droit le personnel soignant.

    (A.DR. et A.MA - LA MEUSE BASSE-MEUSE du 24 mars 2020)

  • Des centaines de dons pour la famille sinistrée !

    Dans la nuit du 24 au 25 décembre à Dalhem, un incendie a détruit la maison d’un couple et de ses 5 enfants. Grâce à la solidarité des riverains et de l’institutrice des petits, ils retrouveront rapidement le nécessaire pour leur ménage.

    Un article d'ESEN KAYNAK à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 27 décembre 2018

  • 20 ans de coopération au TOGO

    IMG_7019.JPGClaudine Jacquemin était entourée de plusieurs dizaines d'amis hier soir à la salle Rimbiévaux pour évoquer ses vingt ans de dévouement au Togo: distributions de jouets, de médicaments... Distributions de repas (bouillies) jumelées avec des vaccinations et des contrôles sanitaires... Installations de pompes à eau dans les villages... Construction d'un dispensaire dans la brousse.... Visites à des malades du sida... 

    De nombreuses initiatives de l'ONG Claudine qu'on a pu découvrir hier en revoyant les photos rassemblées par Claudine au cours de ces 20 années au TOGO, avec aussi des illustrations des moyens de locomotion, de transport d'eau, de culture, de commerces, d'habitations,...

    Bravo et merci Claudine pour tout ça.

  • La petite fille malvoyante rentre en 1re secondaire dans l’enseignement classique au Sacré-Cœur

    C’est la belle histoire du jour. Sarah, 12 ans et malvoyante depuis sa naissance, vient de passer sa première année dans l’enseignement secondaire. Si aujourd’hui, elle suit les cours normalement, c’est grâce à une technologie appelée « TV-loupe ».

    Un article d’ESEN KAYNAK à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 8 septembre 2018.