Visé

  • Les défibrillateurs ont déjà sauvé trois vies à Visé

    L’échevinat des Sports de Visé a organisé sa formation annuelle à l’utilisation d’un défibrillateur automatique pour les responsables sportifs. Une trentaine étaient présents.

    Comme chaque année à pareille époque, l’échevinat des Sports de la Ville de Visé a organisé une séance de formation à l’utilisation d’un défibrillateur automatique (DEA).

    29 personnes provenant principalement des clubs de l’entité visétoise étaient présentes, à l’écoute du formateur de l’AES, l’Association des Etablissements Sportifs. Ils ont pu exécuter sur un mannequin la procédure des premiers soins en cas de problème chez un ou une sportif/sportive et de l’utilisation du défibrillateur. Une procédure vocale qui assiste les utilisateurs de ces défibrillateurs.

    « Tous ont apprécié cette démarche, en espérant toutefois ne jamais devoir la mettre en pratique ! », précise Julien Woolf, échevin des Sports et de la Jeunesse de Visé.

    « Toutes les infrastructures sportives de Wallonie se sont vues imposer l’obligation de détenir un défibrillateur automatique. L’ancien ministre wallon des Sports, André Antoine, avait aussi distribué, en plusieurs vagues, 600 DEA aux clubs sportifs dès 2012 », précise Pascale Otoul du service des Sports de Visé.

    « Et nous sommes aussi dans l’obligation d’organiser une formation une fois par an pour les gestionnaires des halls omnisports et les responsables des clubs. Trois vies ont déjà été sauvées grâce à ces défibrillateurs: une au club de rugby de Visé et le joueur bruxellois a pu recommencer à jouer au rugby; une sur la piste d’athlétisme de Visé et une au club de football de Visé ! », se félicite Julien Woolf.

    Les clubs de football de Visé, de Richelle, de Cheratte, le club d’athlétisme de Visé, le club de rugby de Visé, le club de tennis de Richelle-Visé et le club de boxe anglaise du GMG Cheratte-Visé disposent désormais d’un défibrillateur automatique.

    « La Ville de Visé intervient dans l’entretien de ces DEA et dans l’achat des électrodes », ajoute Pascale Otoul.

    MARC GÉRARDY dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 4 décembre 2019.

  • Vernissage d’une exposition très intéressante

    Vendredi soir, la commune des Fourons accueillait une exposition des projets primés d’étudiants d'avant-dernière année (M1) de l'Atelier d'architecture d'intérieur de l’École Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège.

    Comme annoncé antérieurement, ces étudiants ont cherché le moyen d’exploiter les cabines électriques de Nurop, Sinnich, Mabrouck et Welschhof (version originale nettement meilleure que la version officielle) à Teuven et Rémersdael.

    Après des mots bilingues d’accueil du bourgmestre et de Monsieur R. Vanmuysen, architecte-urbaniste communal très enthousiaste pour ce projet, le professeur Alexandre Lilien de Saint-Luc a lu, par courtoisie, son discours en néerlandais.

     

    B2F88E4E-348A-4974-8C73-A9E0FC440E54.jpeg*

    Les professeurs de l'Atelier de M1, Carine MAES (architecte d'intérieur) et Alexandre LILIEN (architecte - ms conservation) aiment notre belle région et annoncent déjà un possible nouvel exercice dans la région pour d’autres projets originaux.

  • Conférence "Le Réseau Clarence et la résistance entre deux frontières"

    Conférence donnée par Paul DE JONGH

    Paul De Jongh est juriste et chercheur associé au Centre d'études et de documentation Guerre et Sociétés contemporaines à Bruxelles.

    Durant cette conférence, il racontera l'histoire transfrontalière passionnante d'espionnage, d'évacuation de pilotes, d'aide aux Juifs, d'infiltration allemande au sein des groupes de résistance...

     

    Organisation : MAHVI

    Musée d'archéologie et d'histoire

    Rue du Collège 31
    4600 Visé
    Le : 22 novembre 2019 20:00
  • E25 Cheratte-Visé bientôt rénovée

    Un chantier de réhabilitation de l’autoroute E25/A25 doit se dérouler entre Cheratte et Visé en direction de Maastricht, soit sur environ sept km, au printemps 2020. Ce chantier ne peut être effectué avant au vu des conditions météorologiques non favorables à la réalisation de ce type de travaux. Cependant, pour éviter des dégradations supplémentaires sur ce tronçon pendant cette période hivernale, il a été décidé de procéder déjà au fraisage de la couche d’usure.

    DÉBUT DES TRAVAUX CE MERCREDI

    À partir de ce mercredi 20 novembre jusqu’au vendredi 29 novembre prochain, la circulation sera réduite sur une seule voie en direction de Maastricht entre Cheratte et Visé, avec une vitesse limitée à 70 km/h (50 km/h à hauteur des accès). L’accès n°4 « Cheratte » sera également fermé à la circulation pendant toute la durée du chantier.
    Dans un premier temps, du mercredi 20 au samedi 23 novembre, les accès et sortie no2 « Visé », la sortie n°2A « Trilogiport », les accès et sortie n°3 « Hermalle-sous-Argenteau » et la sortie n°4 « Cheratte » seront fermés à la circulation de manière successive pendant environ deux heures. Pendant l’hiver, les usagers circuleront donc sur le béton mis à nu sur ce tronçon avec une signalisation indiquant la présence de stries. Ces travaux, financés par la SOFICO, représenteront un budget d’environ 3.540.000€ HTVA. Ils seront réalisés en collaboration avec le partenaire technique de la SOFICO : le SPW Mobilité et Infrastructures.

  • Matexi rachète le Hasard à Cheratte

    Fermé depuis 1977, le Charbonnage du Hasard va avoir un nouveau propriétaire et, par la même occasion, une nouvelle vie. Et c’est Matexi, société bien connue de la région (et avec une mauvaise réputation aux Fourons, note du blogueur), qui va racheter le site pour environ 1,4 million d’euros. Fin septembre, trois candidats avaient répondu à l’appel d’offres lancé par la SPI pour racheter ce site de 1,2 hectare ainsi que 4 hectares supplémentaires de terrains. Il s’agissait de Matexi, Serbi, et GreenConstruct. Restait encore à faire un choix parmi les projets qui ont été rentrés. C’est ce qu’a fait, ce vendredi après-midi, un jury composé de la SPI, de la Ville de Visé, du Fonctionnaire délégué de la Région wallonne et du Patrimoine wallon. Après délibération, c’est donc Matexi qui a été choisie pour la qualité de son projet et l’utilisation optimale qui sera faite des 5,2 hectares. D’après nos confrères de L’Écho, le projet comprendra 80 maisons, 32 appartements, de l’horeca, un espace de coworking ainsi que du commerce. Une place centrale ainsi que 22.000 m 2 d'espaces verts compléteraient l’ensemble. La SPI et Matexi dévoileront tous les détails de cet important projet mercredi prochain.

    AURÉLIE DRION dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 9 novembre 2019